10082022

Retour

DOSSIER : L'essor des cryptos STOP ou ENCORE ?

Juillet-août

Rien n’y fait. Ne tenant aucun compte des mises en garde réitérées des gouvernements, des autorités monétaires et de plusieurs grandes « voix autorisées », les investisseurs particuliers se sont rués sur les cryptomonnaies pendant la crise sanitaire. Les turbulences récentes les ont cependant douchés./p>

Commander le numéro

AU SOMMAIRE DU MAGAZINE

220701_sommaire

A LA UNE : Private equity, les innovations se multiplient

Juillet-août

Pour répondre à une demande de plus en plus nourrie, les acteurs de la finance poussent leurs feux pour imaginer des solutions d’investissement innovantes. L’enjeu est de taille : démocratiser une offre jusqu’à présent réservée aux institutionnels.

Commander le numéro

L'INVITÉ : Cécile Ratcliffe, directrice générale de Citi en France

Juillet-août
« La France est un marché de croissance clé pour Citi »

La banque, présente en France depuis 1906, vient de décider d'y lancer une activité de banque privée, en parallèle avec l'Allemagne. L'occasion de mettre à disposition d'une clientèle fortunée l'important réseau international tissé par la banque au fil des années. Sa directrice générale, Cécile Ratcliffe, nous explique notamment comment évolue la demande des clients, et comment les produits structurés emportent un franc succès.

Commander le numéro

L'HUMEUR DE GEF

Truand & co

Nous avons reçu ce « communiqué de presse » : « [la société] lance le placement d’épargne qui allie sécurité et rendement ». Il est indiqué que « 3 packs sont disponibles, pour des rendements de 10 %, 13 % ou 15 % », alors qu'« avec le livret A les Français perdent chaque mois de l’argent ». Les escrocs ne doutent de rien ! Mais il n’est dit nulle part que ces promesses de rendement sont annuelles… Alors sur 10 ans pourquoi pas !*FR0010923375

Opulence

Selon le dicton bancaire « les prêts d'aujourd'hui sont les intérêts de demain… et les provisions d'après-demain ». Le bilan de BNP Paribas a crû de +22 % entre 2019 et 2021, de 2 165 Md à 2 634 Md€, contre seulement +12 % pour 39 banques européennes (de 24 391 Md à 27 255 Md€).

100 %… arnaqué

Un CGP nous raconte : « un client m’a appelé en panique pour me dire qu’il a perdu 40 000 € dans la nature. Il s’est laissé séduire par un site qui promet « un investissement 100 % sécurisé et très rentable ». En l’occurrence, 12 % de rentabilité s’il mettait, sans frais, 40 000 € sur un compte d’investissement à basé à Gibraltar ». « Ce monsieur, commente le professionnel, a privilégié le Do It Yourself et il s’est fait arnaquer. L’idée de payer pour avoir un conseil n’est pas encore assez considérée. En France, on préfère payer un avocat pour régler un contentieux que payer pour avoir un conseil et éviter ainsi le contentieux ».

Pas si riche

Les capitaux décès attribués aux bénéficiaires désignés de l’assurance vie Afer ont pesé 1,5 Md€ en 2021 pour 10 473 assurés décédés. Soit 143 000 € en moyenne.

Coup de gueule

Dans son discours lors d'une conférence du Haut Conseil des finances publiques, le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, a appelé le nouveau gouvernement à freiner la croissance des dépenses publiques et à renoncer « à de nouvelles baisses d'impôts que nous n'avons guère les moyens de financer ». « Nous devons cesser de repousser la consolidation budgétaire aux calendes grecques ». « Chaque 1 % de hausse des taux d'intérêt représente donc à terme un coût annuel supplémentaire de près de 40 milliards d'euros, soit presque le budget actuel de la Défense », rappelle-t-il.

Secret bancaire

L'ONU s'inquiète du respect de la liberté de la presse en Suisse. Le quotidien suisse « Tages-Anzeiger » a révélé qu’Irene Khan, rapporteuse de l'Organisation des Nations unies sur la liberté d'opinion et d'expression a adressé une lettre de six pages au président de la Confédération suisse, Ignazio Cassis, afin de l'inciter à réformer la législation qui sanctionne de trois ans de prison tout citoyen, même journaliste ou lanceur d’alerte, qui trahit le secret bancaire./p>

99% dans les clous

L'AMF a adressé un questionnaire à 49 sociétés de gestion regroupant près de 2 050 fonds d’investissement de droit français ou étrangers pour un encours total de 766 Md(€). Sur ces 2 050 fonds, 14 présentent un problème d’adéquation entre les frais trop élevés et le caractère passif de la gestion. Et sept affichent des commissions de mouvement totalement déraisonnables. « Pas de quoi hurler au loup », observe le patron d'une société de gestion. « Les sociétés de gestion savent très bien que plus elles chargent en frais moins elles auront de chances de réaliser de bons résultats. Le but du gérant c’est quand même de générer du résultat pour ses clients ».