Gestion de Fortune

21112017

Retour Vous êtes ici : Accueil Magazine Dernier numero L'édito

L'Edito du mois - Novembre 2017

L'Edito de Jean-Denis Errard

Editeur de Gestion de Fortune
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Chaîne IFI

L’IFI n’est pas moins stupide que l’ISF comme l’a mis en évidence la polémique-piège sur l’exonération des « signes de richesse ». On comprend bien la façon de procéder : dire aux uns qu’on a supprimé l’impôt sur la fortune et aux autres que cet impôt existe toujours (d’où son nom « impôt sur la fortune… immobilière »). Mais cette opposition entre « économie réelle » et immobilier (un actif on ne peut plus réel et important dans notre économie !) est sans doute la pire ânerie de ces dernières années.

Qu’on m’explique la différence entre le porteur d’actions Air Liquide et le porteur de parts d’une foncière qui détient des bâtiments loués à cette entreprise ou à d’autres ? C’est d’ailleurs souvent la même personne qu’on retrouve aux Assemblées générales de l’une et de l’autre. Pourquoi l’un serait « rentier » et pas l’autre ? Qu’on m’explique pourquoi l’un mérite une exonération d’impôt sur sa fortune et pas l’autre ? Etrange différence de traitement. Qu’on m’explique encore pourquoi l’actionnaire doit être « récompensé » de « prendre des risques » – selon les mots de Bruno Le Maire – et pas celui qui finance les actifs immobiliers nécessaires aux entreprises ? Ce distinguo n’a pas de sens parce que l’économie est faite aussi de bureaux, d’entrepôts, de boutiques… La cote boursière n’est pas faite que d’entités immatérielles !

« Sortons de cette idéologie si nuisible à la France qui consiste à surtaxer le capital. En le surtaxant, nous privons les entreprises des financements dont elles ont besoin pour investir, innover et créer des emplois », affirme le ministre des Finances. « Sortons » aussi de cette idéologie à la mode de Daumier sur les bailleurs ! « Sortons » de cet amas de surtaxes sur l’immobilier (impôts locaux, 45 % IR + 17,2 % de CSG, droits de mutation).

« L'immobilier affecté à l'exploitation de l'entreprise du contribuable » sera, indique le patron de Bercy, exonéré de taxe sur la fortune, cela contrairement à l'immobilier affecté à l'exploitation de l'entreprise. Surprenante nuance ! Ce n’est pas la nature de l’actif qui est considérée mais l’appartenance du bien au « contribuable » qui justifierait le changement de traitement fiscal. « Sortons », là encore, de cette traque de l’immobilier taxable qu’on nous annonce au nom de la « transparisation » des actifs ! Toujours ce travers de Bercy pour l’inquisition et le soupçon ! Je me répète, « sortons » de cette idéologie si nuisible !

Cet IFI est insensé parce qu’il amène à préférer les oeuvres d’art, le mobilier d’antiquaires, les bijoux, les forêts… ou encore à gonfler son fonds en euros d’assurance vie plutôt qu’investir dans la création de richesses. Qui plus est le projet de loi de finances raye de la carte la réduction ISF-PME ! On a dit de l’ISF que c’était une « Incitation à Sortir de France ». L’IFI promet d’être une « Incitation à Fuir l’Investissement ».
Sortons carrément l’impôt sur la fortune de notre paysage ! Brisons la chaîne IFI.