20072024

Retour

Marché

Prévoyance : moins de la moitié des indépendants se protègent


protectionLes travailleurs non-salariés considèrent les couvertures comme trop chères. Un tarif compétitif serait le premier facteur d’adhésion.

 

 

 

  

Le baromètre 2024 réalisé par CSA pour Metlife sur la prévoyance des travailleurs non-salariés (TNS) et des dirigeants de TPE (1) amène le même constat que les précédents : les indépendants sont insuffisamment protégés par leur régime obligatoire en cas d’aléas de la vie (décès, invalidité ou incapacité) et ne sont pas suffisamment équipés en prévoyance individuelle.

Selon le baromètre, seuls 45 % des TNS sont équipés en prévoyance individuelle, même si ce taux est « très corrélé aux revenus » : il est de 79 % pour les revenus supérieurs à 60 000 € et de 39 % pour les revenus inférieurs à 40 000 €. Le taux d’équipement moyen progresse de 4 % sur un an, mais chute de 7 % par rapport à 2018. Assez logiquement, le frein principal à l’équipement en prévoyance est pour 61 % des sondés le prix, et la même proportion pourrait être incités à souscrire par un tarif compétitif.

Les TNS sont pourtant conscients de la précarité de leur protection, sans en connaître précisément les contours : 70 % d’entre eux se sentent mal protégés par le régime obligatoire mais 19 % seulement connaissent leur niveau de couverture réel. Il faut par exemple rappeler que les professions libérales affiliées à la Cipav ne perçoivent aucune indemnité journalière après 90 jours.

Même si cela ne se traduit pas dans les chiffres, Metlife met en avant le fait que la moitié des personnes interrogées considèrent que « la prévoyance est une protection et non une charge », soit +7 % sur un an.

Au-delà d’un coût faible, qu’attendent les indépendants de leur prévoyance ? De la prévention, notamment. Les deux tiers d’entre eux veulent que l’assureur leur propose des services de ce type, que cela concerne la diététique, le sommeil, la diététique… Bénéficier d’un accompagnement gratuit serait un critère de choix pour 45 % des TNS.

Les sondés plébiscitent à hauteur de 36 % des services pour préserver le bien-être mental et psychologique ; vient ensuite la posture corporelle (27 %).

(1) Enquête menée auprès de 411 répondants du 23 au 30 avril 2024