23102018

Retour Vous êtes ici : Accueil Assurance vie Assurance vie : une collecte 2017 en petite forme

Assurance vie

Assurance vie : une collecte 2017 en petite forme

Même si 2017 finit avec une collecte positive (+ 500 M€ en décembre), l'année dernière n'aura été mirobolante : à peine 7,3 Md€ de collecte nette (moins que le Livret A !) et une collecte brute en recul à 131,5 Md€. 

L'assurance vie cherche son second souffle. Selon les estimations provisoires de la  Fédération française de l’assurance (FFA), en 2017, la collecte brute en assurance vie s'est élevée à 131,5 Md€ en recul par rapport à 2016 où la collecte avait atteint 133,9 Md€.

A l'inverse, les Français ont davantage pioché dans les contrats d'assurance vie : les prestations (rachats partiels, totaux et décès) ont atteint 124,2 Md€, à comparer à 116,8 Md€ qu'en 2016. Résultats, la collecte nette sur 2017 a donc été de 7,2 Md€, plus de deux fois moins qu'en 2016 (16,8 Md€) et même bien inférieure à celle du Livret A (10,24 Md€) dénotant un certain désamour des Français. L'année 2017 finit cependant dans le vert avec 500 M€ de collecte nette positive en décembre.

28% d'UC en 2017 contre 20% en 2016

Autre point d'attention : la part des unités de compte dans la collecte est en progression puisque les versements sur ce type de suppports se sont chiffrés à 36,7 Md€, contre 27,1 Md€ l'an dernier. La proportion des UC dans les cotisations est donc désormais de 28% alors qu'elle n'était que de 20% en 2016.

Enfin, le rythme de progression de l'encours s’essouffle : alors qu'il atteignait + 5% les années précédentes, il n'est plus que de + 3% en 2017 : les sommes déposées sur les contrats d’assurance vie (provisions mathématiques + provisions pour participation aux bénéfices) atteignent à fin 2017 près de 1 676 Md€.

Selon Philippe Crevel, directeur du Cercle de l'épargne, « Le résultat de 2017 ne traduit pas un rejet de l’assurance vie par les épargnants », mais il relève que « L’augmentation des rachats et des prestations est imputable à la maturité croissante des contrats. Plus des deux tiers ont plus de huit ans ».
CMG