22102020

Retour Vous êtes ici : Accueil Banque/CGP La nouvelle plateforme 1215 (ex-Serenalis) veut devenir une « boite à outils » pour cabinets de CGP

Banque

La nouvelle plateforme 1215 (ex-Serenalis) veut devenir une « boite à outils » pour cabinets de CGP

Julie Compagnon

Julie Compagnon

Le groupement de CGP Serenalis se métamorphose pour devenir « 1215 », une nouvelle plateforme de services plus large. Baptisée 1215, cette filiale de Magnacarta cible les cabinets en développement.

Une nouvelle plateforme de services pour cabinets de CGP vient de naitre : 1215 (prononcez « douze cent quinze ») est le nouveau nom de Serenalis, groupement qui compte une cinquantaine de cabinets, racheté l’an dernier par Magnacarta (groupe Burrus).

Selon Julie Compagnon, sa présidente (photo), c’est « une réponse aux besoins non couverts sur le marché » en offrant une « boite à outils pour le CGP ». Comme l’indique notre signature, nous proposons du Conseil pour conseiller(s) » 

A la différence du groupement Magnacarta, sa maison-mère, réseau de 80 cabinets et accessible à partir de 10 000 € par an pour des cabinets déjà installés en recherche de services très personnalisés et haut de gamme, la plateforme 1215 vise un public plus large de cabinets de CGP, notamment les jeunes structures en développement qui veulent faire du « picking » de services.

« On sait que seulement 40% des cabinets de CGP sont affiliés à une entité, explique Vincent Courroyer, président de Magnacarta qui précise que 1215 ne se définit pas comme une plateforme de produits (Nortia, Alpheys, etc.), mais comme une plateforme de services, indépendante. Dans ce secteur, dit-il, les propositions se confrontent au principe de réalité : « Aujourd’hui, le ticket d’entrée pour créer une plateforme de services est très élevé et peu d’acteurs peuvent prétendre dédiés 20 personnes à temps plein ».

La plateforme 1215 est accessible à partir d’un abonnement mensuel de 350 € auquel peuvent se rajouter, le cas échéant, des services additionnels. Par exemple, « si un CGP n’est pas très à l’aise pour la transmission d’entreprise, nous l’accompagnerons sur ces questions », explique Julie Compagnon. La plateforme se rémunèrera aussi par une commission de 20% de toutes les rétrocessions ou commissions reçues par le CGP partenaire gardées chez 1215 et limitée à un plafond de 90 000 € annuel.

Dans le détail, 1215 propose sept pôles d’expertises (ingénierie patrimoniale, fiscale, etc.) pour accompagner le CGP ainsi qu'un outil d’aide aux préconisations patrimoniales développé en interne, un bureau virtuel (intranet) baptisé mon1215.fr avec une base documentaire technique et commerciale, un comparateur d’assurance de prêts, un classeur réglementaire virtuel, mais aussi une sélection de produits et des formations professionnelles.

En gestation depuis 18 mois, mais lancée officiellement ce 23 septembre 2020, la plateforme 1215 donne rendez-vous aux CGP via son site le 12 octobre, à 12 heures pour une présentation de 12 minutes de ses services.

Enfin, les férus d'histoire médiévale auront remarqué que « 1215 » est la date de la Magna Carta (Grande Charte) de Jean sans Terre, reconnue comme « premier acte patrimonial », selon le groupement et bien sûr un clin d’œil appuyé à sa maison-mère.


Carole Molé-Genlis