14062024

Retour

Actualité des sociétés

Les investisseurs institutionnels ne sont pas assez couverts

Une enquête de State Street Global Advisors révèle des contradictions dans le comportement des investisseurs.

L’enquête réalisée par l’agence britannique Longitude Research pour SSgA montre que les investisseurs institutionnels (fonds de pension, fondations, fonds souverains) pèchent par excès de confiance.

« Dans l’environnement actuel de faible taux d’intérêt, les actions restent une classe d’actifs vitale pour les investisseurs, fait remarquer Frédéric Dodard, responsable EMEA Investment Solutions Group chez SSgA. Les investisseurs se sentent obligés de détenir des actions, alors qu’ils sont nombreux à se sentir plus exposés au risque actions qu’ils ne le souhaiteraient. »

Au Royaume-Uni, l’insuffisance de fonds constatée dans les fonds de pension atteignait en début d’année 367,5 milliards de livres. Le fonds de pension néerlandais ABP (plus de 340 milliards d’euros d’actifs) s’inquiète lui aussi de la baisse des rentabilités. Aux États-Unis, les vingt-cinq plus grands régimes de retraite sont face à près de 2 000 milliards de dollars de passif non capitalisé. Le régime de retraite public japonais (1 100 milliard de dollars) est en train de procéder à la refonte de ses investissements…Au cours des six derniers mois, 63 % des responsables interrogés ont renforcé leurs positions dans les marchés actions développés, tandis que 48 % des spécialistes consultés ont revu à la hausse leurs allocations aux marchés d’actions émergents.

Malgré leur exposition accrue aux actions, la plupart des investisseurs – pour 44 % d’entre eux, les marchés sont surévalués – tablent sur une correction des marchés actions dans les douze prochains mois. Mais, faute d’alternative attrayante, pas question de changer de stratégie ! Les institutionnels semblent estimer que la seule diversification protège leurs clients. Or, plus le pourcentage d’actions est important, plus le risque encouru est préoccupant, surtout lorsqu’il est insuffisamment couvert, comme c’est actuellement le cas.