25072024

Retour

Actualité des sociétés

AllianzGI mise sur les actifs réels

La société de gestion de l'assureur éponyme accueille une nouvelle équipe de spécialistes de la dette d'infrastructure et étoffe son offre.

Ainsi, la société de gestion anticipe une demande significative dans ce domaine de la part des assureurs, des fondations, des fonds de pension et d'autres investisseurs ayant des problématiques de gestion de passif à long terme, qui recherchent des investissements offrant des cash-flows récurrents et un couple rendement/risque plus attrayant que les emprunts d'Etat.

AllianzGI est l'une des premières sociétés de gestion à investir dans le développement d'une expertise dédiée à la dette d'infrastructure. La nouvelle équipe est dirigée par Deborah Zurkow, auparavant CEO de Trifinium Advisors Ltd et responsable des financements publics pour l'Europe, le Moyen Orient et l'Afrique chez MBIA Inc., compagnie d'assurance spécialisée dans la garantie financière. La gérante sera épaulée par quatre anciens cadres de Trifinium. L'équipe bénéficie d'une forte expérience dans l'origination et la souscription de dette d'infrastructure de qualité « investment grade : au cours des dix dernières années, elle a originé et géré plus de 10 milliards EUR de dette senior d'infrastructure, sans subir de défaut. Son objectif sera de mettre en place une plate forme flexible permettant d'identifier et de gérer la dette "investment grade" pour le compte d'Allianz et de clients externes.

Mais qu'est ce qui peut pousser des investisseurs à choisir la dette d'infrastructure comme produit financier ? D'après AllianzGI, compte tenu du repli naturel des investisseurs vers les valeurs refuge, de nombreux investissements obligataires considérés comme sans risque (notamment les bons du Trésor américains) offrent actuellement des rendements réels peu élevés, voire négatifs. Ces rendements ne suffisent plus à couvrir le passif de certains investisseurs à long terme, tels que les fonds de pension et les assureurs, dont les besoins de rendement peuvent avoisiner les 4 à 6 % par an.

La dette d'infrastructure constitue ainsi aux yeux d'Allianz GI un substitut aux obligations traditionnelles, dans la mesure où ces actifs sont susceptibles de générer un rendement attractif du fait de la prime d'illiquidité et des spreads de crédit, l'investissement étant par ailleurs adossé à un actif réel. Elle souligne en outre que, du fait d'échéances à long terme, la dette d'infrastructure constitue un placement potentiellement attrayant pour les fonds de pensions et les compagnies d'assurance dont le passif correspond à des horizons similaires.

 

Mis en ligne le 09 Juillet 2012