22052024

Retour

Actualité des sociétés

Fidelity mise sur les actifs risqués

La société joue cette année la surexposition aux actifs risqués, au travers notamment des actions. Trois gérants reviennent sur leur sélection de valeurs.

Les gérants de Fidelity jugent les niveaux de valorisation des actions décotés, notamment par rapport aux obligations d'entreprise. « Nous affichons actuellement un biais assez net en faveur des actifs risqués, en particulier des actions, explique David Ganozzi, gérant de FF Fidelity Patrimoine. Au sein de cette classe d'actifs, nous avons une préférence pour les pays émergents et l'Asie, où la croissance est plus forte ». Si l'optimisme n'est pas de mise en Europe, la croissance globale devrait quant à elle être comparable à celle de l'an dernier, avec néanmoins de fortes disparités régionales, selon Fidelity. Cette surpondération des actions s'accompagne d'un regain de prudence sur les produits de taux, moins attractifs cette année. Au sein de l'obligataire, la société de gestion cherche en effet la diversification en privilégiant les obligations high yield et les échéances courtes, pour se protéger d'une éventuelle hausse des taux.

Les approches en termes de sélection de valeurs varient en fonction des marchés. « Je suis très opportuniste et puise des idées dans chacun des styles de gestion », a expliqué Victoire Trogoff, gérante de Fidelity Europe, un produit investi en actions européennes. Elle mise par exemple sur Tate & Lyle (croissance), Carrefour (value) et Johnson Matthey (valeur en redressement). « Cette dernière valeur me paraît intéressante à plusieurs titres : c'est un business régi par des normes, sa situation d'oligopole est un atout, les perspectives de gains sont supérieures au risque lié à une baisse, compte tenu du niveau déjà très bas de sa valorisation », explique-t-elle.

Du côté des actions françaises, Vincent Durel, gérant de FF France Fund, privilégie le style « croissance » (57% du portefeuille), avec par exemple la valeur Biomérieux. « Compte tenu notamment de la récurrence du chiffre d'affaires de Biomérieux et du lancement de nouveaux produits, on pourrait revoir sur ce titre des multiples de valorisation proches de leur moyenne historique », explique-t-il. Ce fonds est par ailleurs exposé à des valeurs de croissance cyclique, comme Arkema et des valeurs financières, telle BNP Paribas.

Enfin sur les actions nordiques, Bertrand Puiffe, gérant de FF Nordic Fund, mise en particulier sur des sociétés exportatrices, plus compétitives dans un contexte de baisse des taux d'intérêt, et sur des entreprises fortement exposées aux pays émergents comme SKF (producteur de roulements à billes) et Autoliv (spécialiste des systèmes de sécurité embarqués).

Mis en ligne le 27 février 2013