14042024

Retour

Actualité des sociétés

Selon Jupiter AM, l’or est sur le point de redevenir l’actif sans risque n° 1


DE L OR

Il est l’or ! Ned Naylor-Leyland, gérant dans l’équipe Gold & Silver chez Jupiter AM, estime que le précieux métal est sur le point de redevenir l’actif sans risque au zénith.

Selon Ned Naylor-Leyland, spécialiste des métaux précieux chez Jupiter Asset Management (59 Md€ d’encours cumulés sous gestion), explique que, dans un contexte d’abandon des monnaies fiduciaires, l’or est sur le point de retrouver son statut d’actif sans risque par excellence, une situation résultant d’un changement de paradigme dans la perception du risque monétaire. A noter que l’une des caractéristiques de l’approche d’investissement du gestionnaire britannique est de permettre à ses gérants de formuler leurs propres opinions. Ce qui, donc, n’engage qu’eux.

Du billet vert au métal jaune

« Le paysage financier mondial, fait observer Ned Naylor-Leyland, est en train de subir une profonde transformation, sous l’effet d’une confluence de facteurs, notamment l’accélération de la tendance à la dédollarisation, l’accumulation incessante de réserves d’or par les banques centrales créancières et les préoccupations croissantes quant à la viabilité à long terme des monnaies fiduciaires.

Dans ce contexte, l’or est sur le point de redevenir le principal actif mondial sans risque, marquant un changement de paradigme important dans la manière dont les marchés financiers perçoivent et évaluent les actifs monétaires. »

La domination du dollar américain en tant que monnaie de réserve mondiale fait l’objet d’un examen de plus en plus minutieux. Les banques centrales diversifient leurs réserves en s’éloignant du billet vert et en se tournant vers le métal jaune. Cette tendance est évidente dans les interventions de la Russie et de la Chine, qui ont ces dernières années considérablement augmenté leurs avoirs en or. La Banque centrale de l’empire du Milieu a été particulièrement active. « Cette attitude agressive, souligne le professionnel, reflète l’influence croissante de la Chine dans le système financier mondial et sa reconnaissance de la valeur durable de l’or en tant que valeur refuge. »

Quant à lui, le marché obligataire du Trésor américain, le plus profond et le plus liquide du monde, a montré des signes de dysfonctionnement, soulevant des inquiétudes sur la stabilité à long terme de la devise de l’Oncle Sam. La hausse des rendements des obligations du Trésor et l’élargissement des écarts entre les obligations du Trésor américain et les autres emprunts souverains ont accru la volatilité du marché et l’incertitude chez les investisseurs.

Ce qui a jeté une ombre sur l’avenir du dollar comme monnaie de réserve mondiale : sa capacité à maintenir son pouvoir d’achat et son rôle en tant que principal point d’ancrage des marchés financiers mondiaux est de plus en plus remis en question.

« L’or, insiste Ned Naylor-Leyland, reste un symbole de stabilité et de permanence. Tout au long de l’histoire, il a servi de réserve de valeur fiable, de couverture contre l’inflation et de refuge en période de troubles économiques et politiques. Ses caractéristiques uniques en font le véritable actif sans risque aux yeux de nombreux investisseurs, y compris les banques centrales.

Contrairement aux monnaies fiduciaires, il n’est pas soumis aux caprices des politiques des banques centrales, ni aux aléas des cycles économiques. Sa rareté, sa durabilité et son acceptation universelle garantissent sa valeur durable en tant qu’actif monétaire. »

Pierre angulaire du système financier

« L’hésitation du marché à adopter pleinement l’or est évidente dans les difficultés du prix de l’once à dépasser les 2.050 $, fait remarquer le spécialiste de Jupiter AM. Toutefois, cette résistance devrait s’effriter dès que l’or dépassera les 2.100 $, signalant ainsi un changement fondamental dans la perception du risque. Cette percée marquerait un tournant dans la façon dont les marchés financiers considèrent les actifs financiers sans risque, l’or étant prêt à prendre la place qui lui revient en tant que principale réserve de valeur et étalon de réserve mondial. »

Le catalyseur du changement de paradigme pourrait provenir soit d’une hausse des anticipations d’inflation due aux tensions géopolitiques, soit d’une baisse des anticipations de taux d’intérêt due à la détérioration des données économiques ou à des perturbations dans les marchés financiers. Quel que soit le déclencheur, un ajustement significatif de la perception du risque serait imminent.

Au niveau de son dernier record absolu historique en date, soit 1.940 € dans la séance du 3 décembre, l’once d’or a fait un bond de plus de 10 % sur la quasi-totalité de l’exercice 2023. Selon le Comptoir national de l’or, les prévisions sont revues à la hausse. Les optimistes voient l’or à 2.400 $ dans un an (+ 12,4 % par rapport au pic de décembre 2023). « Les réserves d’or de la Chine, qui a acheté plus de 20 tonnes par mois depuis fin 2022, indique Laurent Schwartz, président du Comptoir national de l’or, dépasseront en 2024 celles de la France (actuellement 2.047 tonnes). » Les lignes bougent.

Par exemple, en une seule journée, le 1er décembre, 108 Md$ de transactions sur le métal fin, tous supports confondus, ont été enregistrés sur le marché londonien. Pour mémoire, il s’échange quotidiennement moins de 5 Md€ en moyenne à la Bourse de Paris.

La progression du prix de l’or et des cours actions dans la période récente a été sous-tendue par les anticipations de repli des taux d’intérêt. « Ces anticipations, précise Laurent Schwartz, se justifient par un effet ciseau : l’activité économique ralentit et, dans le même temps, l’inflation redescend, ce qui crée de nouvelles marges de manœuvre pour les banques centrales, qui pourraient baisser les taux d’intérêt si la détérioration économique était trop forte. S’ils aiment, en général, la décorrélation de l’or avec les autres classes d’actifs (actions et obligations), les investisseurs peuvent quand même se réjouir qu’il soit corrélé lorsque tout monte. »

Une modification de l’opinion sur les actifs sans risque aurait un profond impact sur les actions des mines d’or (et d’argent). Fortement décotées, celles-ci sont prêtes à bénéficier d’une flambée des cours de l’or et de la reconnaissance renouvelée de l’importance du métal jaune dans le système financier mondial.

L’or est sur le point de retrouver sa position d’actif de réserve mondial sans risque, marquant non seulement un retour à la discipline monétaire et au système multipolaire de Bretton Woods, mais aussi garantissant le rôle de l’or en tant que pierre angulaire du système financier mondial. Quand on pense que les 250.000 tonnes d’or, extraites et encore à extraire, pourraient tenir dans un cube de moins de 25 mètres de côté (12.167 m3), cela a de quoi laisser perplexe !

 

ML