29022024

Retour

Actualité des sociétés

Investissement dans l’art : quand la passion s’invite dans le patrimoine


SAm cookBien que disposant souvent d’une place à part dans le cœur de nombreux investisseurs, l’art se doit d’être pleinement considéré comme l’actif qu’il représente dans le cadre de la constitution d’un portefeuille.

Paris Photo au Grand Palais Ephémère, Mark Rothko à la Fondation Louis Vuitton, Modigliani à l’Orangerie ou encore l’habillage de l’Opéra Garnier par JR, cette fin d’année aura une nouvelle fois été riche en événements artistiques dans la capitale. Et en parcourant ces différentes expositions, on comprend facilement les émotions qu’elles provoquent et pourquoi l’art constitue une part si importante à la fois de la vie et du portefeuille des investisseurs.

Et ce à juste titre, car, bien gérée, une collection d'art peut à la fois offrir une certaine souplesse financière, servir les objectifs patrimoniaux globaux du collectionneur et contribuer à la création d’un héritage durable.

Il est toutefois important de distinguer l'art des actifs traditionnels pour plusieurs raisons, à commencer par l'attachement émotionnel du propriétaire, la nature intrinsèquement illiquide des œuvres et leur stabilité relative à long terme. Néanmoins, quel que soit le prix d'acquisition, l'art constitue un actif.

Quatre types de collectionneurs

C’est pourquoi il est essentiel de comprendre les motivations d'un collectionneur ainsi que ses objectifs futurs – tant pour sa collection que pour son patrimoine global – pour définir sa stratégie d’investissement. En effet, une personne qui collectionne principalement pour la valeur émotionnelle des œuvres aura des priorités différentes de celles d'un collectionneur dont la motivation première est financière.

On distingue ainsi quatre grands types de collectionneurs : le collectionneur passionné d'art, le collectionneur occasionnel, l'investisseur et le collectionneur patrimonial – auxquels s’appliquent des stratégies d’investissement et de financement différentes.

Le collectionneur passionné, tout d’abord, pourra par exemple avoir besoin d’accéder rapidement à des liquidités pour acquérir des pièces nouvellement introduites sur le marché. Pour cette raison, il est susceptible d’avoir recours à un prêt garanti par sa collection existante, soit pour lui permettre de faire le lien entre l'achat d'œuvres d'art et de futures liquidités, soit pour maintenir un effet de levier prudent sur sa collection dans le temps, au fur et à mesure que celle-ci prend de la valeur.

De son côté, le collectionneur occasionnel pourra bénéficier à travers l’art d’une classe d’actifs faiblement corrélée à son activité et/ou aux marchés financiers, voire utiliser ses œuvres d'art comme garantie pour financer des investissements afin de diversifier et d'accroître son bilan personnel, tout en gérant soigneusement les risques d'appel de marge, étant donné la nature stable de l'actif au fil du temps.

Quant à l’investisseur, le choix de cette classe d’actif lui permettra de combiner quête de rendement et diversification. L’accès à un crédit garanti par l’œuvre d’art lui permettra par exemple d’améliorer encore ses rendements et il bénéficiera d’une source de capital flexible pour profiter d’opportunités d’investissement tactiques ou stratégiques.

Enfin, le collectionneur patrimonial dont la collection a vocation à faire partie de l’héritage peut éviter que celle-ci soit liquidée ou démantelée en ayant recours à des lignes de crédit garanties par les œuvres d'art afin de financer des dépenses imprévues, sachant que rien n’oblige à utiliser le produit du prêt uniquement pour acquérir d’autres œuvres d'art.

Stratégie d'investissement

Il est donc important de prendre en compte l'ensemble de la situation financière du collectionneur, ses besoins en liquidités et ses objectifs à court et à long terme, ainsi que la structure de sa collection, afin de déterminer l'approche optimale en matière de financement de ces investissements.

Parmi les éléments de flexibilité, figurent notamment la localisation de l'œuvre (que le collectionneur la garde en sa possession, dans un entrepôt ou la prête à court ou à long terme à un musée ou à une galerie), le type d'œuvre apporté en collatéral (les œuvres d'art éligibles ne se limitent pas aux peintures d'artistes de premier ordre, ni à celles des marchés modernes et contemporains) et les conditions de financement.

L'art va au-delà de l'esthétique. Il transcende les environnements économiques et peut non seulement apporter un enrichissement culturel mais aussi une diversification du portefeuille.

Quelle que soit la motivation d'un collectionneur, une stratégie de financement réfléchie constitue un outil intelligent pour aider à construire et à entretenir une collection, ainsi que pour soutenir ses objectifs à long terme.