16042024

Retour

Tendance

Crédit immobilier : le taux moyen baisse de 9 points de base entre décembre et janvier


happy excited redhead woman reading paper letter w 2023 11 27 05 34 51 utcDans le même temps, la production de crédit a augmenté de 8,5 % et le nombre de prêts accordés de 16,5 %. La machine n’est pas relancée pour autant.

 

 

 

  

Le début de la décrue. Les chiffres de l’Observatoire Crédit Logement / CSA pour janvier 2024 confirment la baisse attendue des taux de crédits immobiliers : le taux moyen s’établit à 4,15 % (4,08 % pour l’accession dans le neuf, 4,14 % dans l’ancien) après un pic à 4,24 % en décembre 2023. Dans le détail, les taux s’élèvent à 3,89 % sur 15 ans, 4 % sur 20 ans et 4,13 % sur 25 ans.

La fin de l’inflation du coût du crédit était déjà perceptible en décembre. « L’augmentation n’avait été que de 2 pdb, annonçant l’inflexion de la courbe des taux, rappelle l’observatoire. La profitabilité des nouveaux crédits accordés s’est en effet relevée et se maintient avec la stabilité du taux de refinancement de la BCE, facilitant le relèvement de l’offre des banques. »

Si la baisse des taux est aussi nette, c’est aussi parce que les établissements bancaires repartent à la conquête de prospects avec ce produit d’appel. Les clients répondent présents : la demande de crédit enregistre un rebond de 8,5 % par rapport à décembre et le nombre de prêts accordés augmente de 16,5 %. D’après les données de l’Insee, les intentions de réalisation de projets importants s’améliorent pour le troisième mois consécutif, en lien avec le ralentissement de l’inflation.

La durée moyenne des prêts reste stable depuis mi-2023, autour de 20,7 ans. « Mais même en tenant compte de la baisse récente des taux des crédits, une telle durée n’est pas suffisante pour compenser les niveaux des prix des logements ou amortir les conséquences du niveau des taux d’apport personnel exigés sur les capacités d’emprunt des ménages », prévient l’Observatoire Crédit Logement / CSA.

Le compte n’y est pas encore pour relancer un marché atone : la capacité d’emprunt des ménages reste 15,6 % inférieure à son niveau de décembre 2022 malgré la baisse de l’annuité moyenne de 1,4 % en janvier 2024 et un léger recul des revenus des emprunteurs (-0,9 % sur un an après +8,1 % en 2023). Signe que l’équation reste à résoudre, le niveau de l’apport augmente de 1,7 % en janvier après avoir stagné en 2023 (-0,1 %).

« Le rebond est encourageant, mais la reprise va être lente et hésitante, prédit l’observatoire. Néanmoins, la chute de l’activité devient moins intense de mois en mois, laissant escompter un retournement de conjoncture au cours de l’année 2024. »