14042024

Retour

Actualité des sociétés

Fonds : les uns collectent, les autres non


OBLIGATAIRE

En décembre 2023, selon les statistiques de SIX, les fonds monétaires et obligataires ont collecté près de 1,6 Md€, quand leurs homologues investis en actions et diversifiés ont fait l’objet d’un flux de souscriptions négatif de 1,7 Md€.

Selon SIX, le marché des fonds de droit français ouverts à un large public a été en décembre le théâtre de retraits nets se chiffrant à 1,2 Md€ (contre un flux net de souscriptions de 1,7 Md€ en novembre).

Les fonds de trésorerie ont collecté 1,3 Md€ et les fonds obligataires à peine 260 M€, boostés par les souscriptions dans les OPC d’obligations internationales (633 M€), alors que ceux spécialisés en obligations euro classiques ont décollecté (328 M€).

Du côté des actions, les sorties l’ont dans le mois écoulé emporté sur les entrées à hauteur de 942 M€, les fonds d’actions européennes payant le plus lourd tribut (– 526 M€) au manque d’appétit des investisseurs. Les portefeuilles collectifs diversifiés ont également perdu 759 M€ de substance en un mois, avec une défiance envers les fonds internationaux (– 676 M€).

De bons scores annuels

Les fonds d’obligations convertibles, de performance absolue, garantis ou à formule et immobiliers, eux aussi, ont subi des rachats nets. Au total, compte tenu d’un l’effet marché positif, le cumul des encours des quelque 6.700 fonds recensés par SIX s’élevaient à fin décembre à 900,3 Md€, soit une hausse de 1,5 % en un mois et de 6,9 % en un an.

En ce qui les concerne, dans le mois de décembre, les performances de toutes les familles et catégories ont été positives (sauf dans le petit segment très volatil de la catégorie trésorerie internationale), ce qui mérite d’être souligné. Les fonds monétaires se sont globalement adjugé 0,3 %, les fonds obligataires 2,1 %, les fonds actions 3,9 % et les fonds diversifiés 2,8 %.

Sur le second semestre de l’exercice 2023, toutes les performances, sans exception, sont dans le vert ! Sur l’année entière, c’est à peu près le même constat, seuls les fonds de matières premières ayant rétrogradé (– 4,4 %).

Sur trois ans, la famille monétaire s’octroie 3 %, la famille actions 14 %, alors que la famille obligations est encore en territoire négatif : – 2,8 %. La famille « convertibles », elle, continue à décevoir : – 9,2 % sur trente-six mois.

 

ML