22052024

Retour

Marché

La place du capital-investissement augmente dans l’allocation des grandes fortunes


famille fortuneD’après les chiffres de l’Association française du family office, le private equity représente presque un quart de leurs investissements en 2023. Un chiffre qui pourrait augmenter en 2024.

 

 

 

  

Le 9ème baromètre OpinionWay pour l’Association française du family office (Affo) montre une progression continue du capital-investissement dans l’allocation des familles fortunées. En 2023, cette classe d’actifs représente 23 % de leurs investissements, soit une progression de 2 points par rapport à 2022. Les actions ne sont pas en reste, puisqu’elles aussi progressent de 2 points pour atteindre 21 %, majoritairement via de l’investissement direct.

Année 2024 sous le signe de l’immobilier d’investissement

Les progressions les plus notables sont cependant à chercher du côté de l’immobilier d’investissement, en hausse de 4 points pour représenter 21 % des investissements des grandes fortunes en 2023, ainsi que de la dette privée ou coté qui, si elle ne compose que 13 % du total, affiche une croissance spectaculaire de 7 points en 2023.

Il a également été proposé au panel interrogé par l’Affo de dresser les tendances d’investissement pour 2024. La majorité des répondants pensent que le private equity en direct, les actions cotées, la dette privée ou coté vont rester stables. La place de l’immobilier d’investissement devrait en revanche prendre plus de place dans l’allocation des familles, mais seulement en ce qui concerne l’investissement en direct, de même que celle du private equity via des fonds.

L’inflation en tête des choix d’allocation

Les choix d’investissement des grandes fortunes ont été majoritairement impactés en 2023 par le retour de l’inflation (79 % des répondants) et les tensions politiques mondiales (56 %), ainsi que le niveau d’endettement des Etats et des acteurs privés (38 %). Plus à la marge mais en progression par rapport à 2022, on peut citer la montée de l’insécurité et les enjeux climatiques.

« La hausse des taux d'intérêt et son impact sur le ralentissement de l'économie ont été étroitement surveillés, développe l’Affo. La crise du secteur immobilier a également été un sujet de réflexion important, notamment en raison de la hausse des taux. »

La transmission de patrimoine, obsession des grandes fortunes

En dehors de l’actualité, l’optimisation des transmissions de patrimoine reste le sujet crucial pour les familles fortunées en 2023 : 95 % d’entre elles y accordent une importance majeure, devant la protection des membres de la famille (91 %), la gouvernance (89 % mais en hausse de 7 points), la philanthropie (80 %) ou l’éducation des membres (78 %).

D’autres sujets qui représentent pourtant des risques importants sont moins pris en compte, comme la protection des données (69 %), le risque d’image (64 %, en baisse de 14 points) ou ceux liés à l’intelligence artificielle (40 %), qui semblent encore insuffisamment matérialisés pour inquiéter.

Pour 2024, la préservation et la transmission du patrimoine reste l’obsession des familles.
« Parmi les préoccupations majeures figurent l'inflation, l'anticipation des politiques monétaires, l'avenir du pacte Dutreil et la stabilité fiscale en France, complète l’Affo. Les risques associés aux marchés actions, historiquement élevés, dans un contexte de tensions géopolitiques exacerbées, notamment en période électorale américaine compliquée, sont également au centre des préoccupations. »