22052024

Retour

Tendance

Crise des SCPI : Corum jette un pavé dans la mare


con presse corum

« Je ne vais pas voir le médecin si je ne suis pas malade » lance le président de Corum L’épargne. Il n’a pas fait évaluer son patrimoine à fin juin comme les concurrents car sa société n’est pas adhérente de l’Aspim et il n’en voyait pas l’utilité puisque son patrimoine se porte bien !

 

 

Rentrée des classes musclée pour Corum : Frédéric Puzin, le fondateur du groupe, est plutôt remonté contre le climat ambiant dans le milieu des SCPI. Prix des parts, rendements, marché de bureaux… le patron aborde ces thèmes avec un avis très tranché et une sérénité à toute épreuve. Il aime à rappeler en préambule ce qu’est le métier de gérant : « Recevoir la confiance de citoyens qui nous confient leur épargne, c’est essayer d’en faire quelque chose de mieux que ce qu’ils nous ont confié au départ. Nous sommes d’abord des gestionnaires, pas des collecteurs ».

Ces dernières années, le groupe a eu une politique à contresens de la majorité des gérants. Au premier trimestre 2020, la collecte de l’ensemble des SCPI en France a fait +47%, alors que Corum a mis le pied sur le frein avec une baisse de 50% au grand dam de son réseau. « Les SCPI cela peut être la plus formidable des machines à perdre, lorsqu’on achète très cher et qu’on revend très peu cher. Il suffit de suivre le marché immobilier, on collecte beaucoup quand le marché est cher et on décollecte quand le marché se casse la figure », ironise Frédéric Puzin.

Les SCPI CORUM font preuve de résistance et affichent des rendements 2023 conformes, voire supérieurs aux objectifs. Le rendement moyen au moment de l’acquisition des immeubles est en effet de 9.09% sur 2023 en augmentation par rapport à l’année précédente. C’est là son secret pour ne pas avoir à subir de dévalorisation de ses actifs alors que des concurrents encaissent en pleine figure, mécaniquement, les fortes hausses des taux directeurs.

Bien que le marché des SCPI dans son ensemble subisse une baisse de la collecte nette d’épargne (- 23 % au premier semestre 2023 comparé au premier semestre 2022, source ASPIM), CORUM est devenu le premier collecteur du secteur, avec 609 M€ d’épargne recueillis au premier semestre 2023 (+10 % comparé au premier semestre 2022). « Même si la collecte n’a jamais constitué un indicateur de performance pour nous, elle est aujourd’hui enfin redevenue un atout, dans un contexte où seules les SCPI capables d’acheter sans emprunter peuvent continuer à investir… », souligne Frédéric Puzin. Il est en effet beaucoup plus intéressant d’acheter de l’immobilier en 2023 qu’en 2022 : le prix des immeubles ayant baissé, les rendements augmentent et la prise de risque s’avère plus faible dans ce contexte assainit.

Et quand on leur demande pourquoi, ils n’ont pas fait une nouvelle réévaluation de parts comme l’AMF l’a demandé aux membres de l’ASPIM, Philippe Cervesi, directeur des investissements, rétorque : « depuis 2016, chaque fois que CORUM fait une acquisition, une expertise indépendante est faite. Nous n’attendons pas que le régulateur demande à ce que l’on fasse une évaluation. »

Cette conférence de presse a donné lieu également au lancement du contrat de capitalisation CORUM Capi accessible à partir de 1 500 €, sans frais liés au contrat, et qui donne accès à tous les fonds de la gamme. Une belle solution pour permettre aux personnes morales de placer leur trésorerie.

JBM