10122022

Retour

Actualité des sociétés

Ce que les Français attendent de la finance responsable


isr growth

La 13e enquête annuelle réalisée par l’Ifop pour le FIR confirme l’intérêt des Français en matière d’investissement responsable dans leurs décisions de placement. Mais…

Selon le dernier sondage de l’Ifop réalisé pour le Forum de l’investissement responsable (FIR), promoteur de la Semaine de la finance responsable, les attentes des Français en matière de durabilité sont fortes, mais les promesses doivent être tenues. Ceux-ci attendent des preuves d’impact positif de leur épargne constituée auprès des établissements financiers. « Face aux urgences environnementales et sociales, souligne Nathalie Lhayani, présidente du FIR, il est essentiel que les réseaux bancaires et assurantiels se mobilisent davantage pour proposer des produits responsables plus exigeants, conformément aux attentes des épargnants. Il faut aussi que le Label ISR soit doté de critères beaucoup plus discriminants et tournés vers l’impact. »

L’enquête nationale 2022 de l’Ifop pour le compte du FIR a été réalisée fin août auprès d’un millier de personnes représentatives de la population française âgée de plus de 18 ans. 85 % des personnes consultées possèdent au moins un produit d’épargne, un livret le plus souvent (dans 77 % des cas), devant l’assurance-vie (dans 41 % des cas), la Bourse et divers plans (dans moins de 20 % des cas).

2 Français sur 3 n’en ont jamais entendu parler !

« 60 % des Français, font observer les responsables du sondage, déclarent accorder une place importante aux impacts environnementaux et sociaux dans leurs décisions de placement, une tendance stable sur les dernières années. Cette importance est d’autant plus élevée que la personne sondée est jeune (64 % pour les moins de 35 ans, par exemple, contre 58 % pour les plus de 65 ans). » Les sujets à prendre en compte sont à peu près les mêmes d’année en année, avec les questions environnementales et sociales en tête des préoccupations. L’enjeu de la gouvernance, lui, est faiblement mobilisateur. Cette année, on retrouve parmi les priorités les pollutions et les droits humains, pour 76 % des épargnants, le changement climatique et le bien-être au travail, pour 74 % d’entre eux, devant l’emploi, pour 73 % d’entre eux, et la biodiversité, pour 67 % d’entre eux.

« 46 % des épargnants, font encore remarquer les responsables du sondage, pensent pouvoir avoir un impact réellement positif sur l’environnement et la société au travers de leur épargne. Mais ils sont 61 % à penser qu’aujourd’hui l’impact des produits responsables est neutre, attendant des preuves tangibles de cet impact. » Enfin, pour 67 % des épargnants, le conseiller bancaire reste l’intermédiaire le mieux placé pour informer sur l’ISR, loin devant les proches (8 %), les ONG (7 %), les pouvoirs publics et, étonnamment, la presse (6 %). Lanternes rouges : les réseaux sociaux et l’entreprise (3 %). Seulement 8 Français sur 100 se seraient vu proposer un produit d’épargne responsable. 6 Français sur 10 disent avoir déjà investi dans un fonds d’investissement socialement responsable. Deux personnes interrogées sur trois – sur quelle planète vivent-elles ? – n’en ont jamais entendu parler !

ML