22062024

Retour

Actualité des sociétés

La croissance mondiale des dividendes s’accélère (étude Janus Henderson)

croissance monde Au premier trimestre 2024, la croissance des dividendes dans le monde s’est accélérée, si bien que les versements atteignent à nouveau un niveau record. C’est notamment ce qui ressort de l’analyse trimestrielle de Janus Henderson Investors sur les dividendes.

 

 

Janus Henderson Investors nous apprend qu’à l’issue des trois premiers mois de l’exercice en cours, les dividendes ont atteint le niveau record de 339,2 Md$, soit une hausse de 2,4 % sur une base globale par rapport au premier trimestre 2023.

Le montant global ayant été freiné par la baisse des dividendes exceptionnels non récurrents, la croissance sous-jacente a été plus forte : + 6,8 %.

Rappelons que les données sous-jacentes tiennent compte de la distorsion qui peut être causée par les dividendes « spéciaux » uniques, les variations de taux de change, l’effet de l’entrée ou de la sortie des entreprises de l’indice - Janus Henderson Global Dividend Index - ou encore l’impact des changements de dates de paiement.

Si la Suède et le Canada se sont mis en vedette, les Etats-Unis ont affiché un volume record de distribution trimestriel (164,3 Md$). « L’Europe hors Royaume-Uni, précise un porte-parole de la société de gestion, a été pénalisée par la faible croissance observée en Suisse (où les rachats d’actions ont dépassé le taux de croissance des dividendes) et par des réductions au Danemark, mais la région, eu égard à la saisonnalité, est en bonne voie pour un deuxième trimestre positif.

Le Japon a continué à enregistrer une forte croissance, bien que le montant total en dollars ait été limité par la faiblesse du yen. »

Forte dynamique et visibilité raisonnable

Sectoriellement, les banques ont, au premier trimestre, représenté un quart de la croissance mondiale, avec une hausse de 12 % ! La valeur des dividendes français (3 Md€) a été légèrement inférieure (de 0,9 %) à celle du premier trimestre 2023, notamment du fait des rachats d’actions que TotalEnergies avait programmés.

Deux mega caps, l’américain Meta (ex-Facebook) et le chinois Alibaba, ont détaché leurs premiers dividendes. A noter aussi que d’importantes diminutions de revenus ont touché les actionnaires d’AP Moller-Maersk (Danemark), BHP Group et Woodside Energy (Australie), Glencore (Grande-Bretagne) ou encore Bayer (Allemagne). Les principaux contributeurs, eux, ont été Novartis et Roche Holding (Suisse), ainsi que Costco Wholesale et Microsoft (Etats-Unis). Au final, 93 % des entreprises qui ont effectué un paiement au premier trimestre ont augmenté ou maintenu leurs dividendes !

« Les investisseurs ont bénéficié d’un bon début d’année 2024, avec des valeurs boursières en hausse à l’échelle mondiale et une croissance des dividendes qui continue d’afficher une forte dynamique sous-jacente, fait remarquer Charles-Henri Herrmann, directeur du développement France & distribution Benelux chez Janus Henderson. Nous avons une visibilité raisonnable sur les versements au cours du deuxième trimestre, qui est crucial et qui connaît des pics saisonniers en Europe, au Japon et au Royaume-Uni. »

Janus Henderson ne modifie pas ses prévisions pour l’ensemble de l’exercice, anticipant une manne mondiale de 1.720 Md$ au titre de la rémunération des actionnaires, soit une augmentation de 3,9 % en glissement annuel sur une base globale et l’équivalent d’une croissance sous-jacente de 5 %. Au 31 mars dernier, les encours gérés par Janus Henderson, chez qui travaillent plus de 2.000 personnes, s’élevaient à plus de 350 Md$. La société, dont le siège est à Londres, se déploie à travers 24 bureaux dans le monde. Ses actions sont cotées à la Bourse de New York, où elles ont grimpé de près de 60 % en cinq ans…

ML