07122023

Retour

Loi de finances

Nouvelle Alerte de l’AMF sur l’escroquerie aux ordres de virement

Après un premier communiqué en septembre 2013, le gendarme attire à nouveau l’attention des entreprises sur des tentatives d’extorsion de fonds dont elles peuvent être victimes.

L’Autorité des marchés financiers (AMF) invite les entreprises à la plus grande vigilance face à une escroquerie aux ordres de virement qui semble faire florès. Dans les faits, les escrocs utilisent abusivement à la fois le nom du président de la société et celui de l’AMF pour réclamer le versement de sommes liées à une offre publique d’achat (OPA) factice. Face à la multiplication des cas rencontrés, l’autorité de contrôle attire à nouveau l’attention des dirigeants pour que l’information sur cette escroquerie et son mode opératoire soit correctement diffusée au sein des services comptabilités des entreprises et de leurs filiales. Plus d’une dizaine de sociétés ont signalé à l’AMF ces tentatives d’escroquerie qui ont pour objectif de détourner des fonds en usurpant l’identité de l’autorité de régultation.

Les fraudeurs semblent procéder pour chaque société suivant un même mode opératoire :

 Un courriel frauduleux est envoyé au salarié comme émanant de sa direction, le plus souvent du ou de la président(e), l’informant qu’une opération financière encore confidentielle est en cours pour laquelle il doit prendre contact avec les services de l’AMF afin de régler une soi-disant facture d’acompte.

 Ces escrocs appuient notamment leur discours sur la réglementation en termes de délit d'initié avant d'insister sur la confidentialité requise pour le succès de cette opération. Cette manœuvre a pour but de mieux isoler leur interlocuteur. Face à cette situation, l’AMF recommande aux entreprises d’alerter leurs salariés, notamment les services comptables, sur ces courriels frauduleux auxquels il convient de ne pas donner suite. Les salariés doivent savoir que l’Autorité des Marchés Financiers ne mandate pas d’avocats pour récupérer des fonds en son nom. En cas de doute, et sans craindre d’enfreindre des règles de confidentialité, les salariés qui seraient contactés doivent absolument vérifier la réalité de l’opération financière auprès de leur direction.

A toutes fins utiles, le gendarme des marchés boursiers rappelle que les sociétés peuvent porter plainte pour tentative d’escroquerie.