25022024

Retour

Marché

L’ACPR publie les chiffres du marché français de la banque et de l’assurance 2022


photo ACPR 410x200

Le secteur financier a démontré sa robustesse en 2022 dans un contexte lié aux tensions internationales, ainsi qu’à la hausse de l’inflation et des taux d’intérêt.

Le bilan du secteur bancaire s’est accru de 4,4 % contre 3,4 % en 2021. Le produit net bancaire, porté par l’amélioration de la marge nette d’intérêt, a également poursuivi sa progression (+ 4 %), à un rythme toutefois ralenti par rapport à 2021. Les banques ont continué à assumer pleinement leur rôle de financement de l’économie en 2022.

Les tendances 2023

L’institution est confiante dans la solidité du secteur bancaire, les 6 principaux groupes bancaires français (80% du marché) continuent de dégager des bénéfices. Les résultats des stress tests sont bons. Il est à noter une baisse des revenus à cause de la diminution de la production de crédits d’une part et au renchérissement du coût du passif avec la rémunération des produits d’épargne. La hausse du coût des ressources est plus rapide que l’ajustement du rendement des actifs. Mais cet effet de ciseau est transitoire et à long terme les revenus devraient de nouveau augmenter.

Le cout du risque est en légère hausse, mais globalement reste modéré

L’ACPR reste prudente au vu du contexte géopolitique, de l’augmentation des défaillances des entreprises, et de la volatilité des marchés. L’augmentation des taux directeurs renchérit le coût de refinancement des banques, mais elle leur permet dans le même temps d’accroître les revenus issus de l’octroi de prêts et in fine d’améliorer leur marge nette d’intérêt. Les ratios de solvabilité CET1 restent supérieurs aux exigences des régulateurs.

Les chiffres de l’assurance

La remontée des taux améliore leur rentabilité car la duration de leur passif, c’est-à-dire sa sensibilité aux taux d’intérêt est plus élevée que celle de leur actif. La solvabilité des organismes d’assurance est restée robuste en 2022 avec un taux de couverture du capital de solvabilité requis (CSR) à 247 % fin 2022. Cette solvabilité s’améliore au premier semestre 2023, les rachats atteignent au 1er semestre 2023, 43.9 Md€, mais restent contenus et ralentissent un peu. La collecte nette baisse sur le premier semestre, mas reste largement positive pour atteindre 3.4Md€. L’assurance non vie enregistre une croissance en 2022, avec des primes en hausse qui ont compensé des sinistres en augmentation également sur toutes les lignes d’activité. En cause l’inflation mais aussi l’intensification et la multiplication des phénomènes climatiques extrêmes. Le montant des sinistres « catastrophes naturelles » a ainsi doublé, atteignant 2,5 milliards d’euros en 2022 contre 1,2 milliard d’euros en 2021.

conclusion

« Les résultats de l’année 2022 et du 1er semestre 2023 attestent à nouveau de la résilience du système financier français, caractérisé par de solides ratios de solvabilité. Les épisodes de crises bancaires du début d’année n’ont ainsi pas entraîné d’effet de contagion vers les établissements français. Nous continuons néanmoins de nous montrer vigilants et opérons un suivi rapproché de la montée des risques associés au contexte géopolitique, marqué notamment par les événements récents au Proche-Orient », commente Nathalie Aufauvre, secrétaire générale de l’ACPR.