28062022

Retour

Banque

Nouvelles ambitions pour la banque privée de la Banque Postale

1siege et logo louvre banque privee1

La Banque Postale a décidé d’attirer une clientèle plus haut de gamme en musclant sa banque Privée. Première concrétisation de cette stratégie : le changement de nom de BPE qui devient Louvre Banque Privée avec l’ambition d’atteindre 25 Md€ d’encours gérés dès 2025 et de rejoindre le trio de tête du secteur.

La Banque Postale est plus que jamais à la manœuvre pour attirer une clientèle plus haut de gamme, en finir avec son image de « banque du pauvre » et diversifier ses expertises. « Sans pour autant abandonner notre mission de banque citoyenne dédiée à l’ensemble de la population française », a tenu à préciser ce mercredi matin Philippe Heim, président du directoire de la Banque Postale. Première déclinaison de cette volonté de diversification par le haut : le développement de la banque privée BPE.

D’abord en la renommant Louvre Banque Privée (LBP) et en lui adjoignant de nouvelles missions stratégiques. Pour l’heure, les clients patrimoniaux (de plus de 250 000 € d’actifs liquides, hors immobilier) de la Banque Postale et de Louvre Banque Privée totalisent un peu plus de 600 000 personnes et 70 Md€ d’encours gérés. Et plus particulièrement 64 000 clients et 14 Md€ pour la seule LBP. L’offre de cette dernière est déployée à travers 28 pôles de gestion, essentiellement en région et 57 espaces de gestion privée en bureaux de poste.

Jean-Marc Ribes, le président du directoire de Louvre Banque Privée s’est fixé pour objectif d’atteindre la barre des 25 Md€ d’encours gérés d’ici à 2025 grâce à deux leviers : profiter des synergies du groupe en développant la bi-bancarisation avec la Banque Postale et la conquête externe. Il compte pour cela sur la richesse de l’offre de la banque privée et surtout les services mis en place pour attirer une clientèle pas vraiment satisfaite de ses autres banques. En englobant les clients privés de la Banque Postale, il est prévu d’atteindre la barre des 85 md€ d’encours gérés à l’horizon 2025.

Troisième marche du podium

Jean-Marc Ribes comme Philippe Heim se verraient bien, à cette échéance, sur la troisième marche du podium des plus grosses banques privées nationales. Podium actuellement occupé par le Crédit Agricole (avec 110 Md€ d’encours gérés), BNP Paribas et Société Générale.

Fer de lance de cette croissance : la multiplication des espaces de gestion privée au sein des différents bureaux de poste régionaux (ils devraient atteindre le nombre de 150 en 2025). Un point fort pour LBP qui peut déployer son offre de produits et de services à moindre coûts, à l’heure où ses grands concurrents sont plutôt dans une phase de suppression d’agences.

Il est d’ailleurs prévu de recruter 250 nouveaux collaborateurs notamment destinés à ces nouveaux espaces de gestion. L’idée est bien évidemment de profiter de l’image de « banque insubmersible » de la Banque Postale pour atteindre une nouvelle clientèle fortunée et la mettre entre les mains de Louvre Banque Privée. Elle peut compter pour cela sur la production de fonds de sa filiale LBP AM avec laquelle Jean-Marc Ribes travaille en étroite collaboration.

PBB