30012023

Retour

Actualité des sociétés

Fitch Ratings revoit à la hausse les perspectives de défaut des entreprises européennes


fleche bas

A l’heure où nombre de sociétés de gestion lancent leurs fonds datés positionnés sur des obligations high yield, l’agence de notation Fitch Ratings anticipe un une hausse significative des taux de défaut des entreprises européennes en 2023 et 2024.

A l’heure où de très nombreuses sociétés de gestion lancent leur fonds à échéance reposant sur des obligations à haut rendement, l’agence de notation Fitch Ratings vient d’envoyer un signal plutôt anxiogène en direction de ceux qui ont fait le pari de miser sur des entreprises ou des Etats susceptibles de faire défaut : l’agence estime en effet que les taux de défaut des prêts à effet de levier (leveraged loan) et des obligations à haut rendement européennes vont augmenter de manière significative en 2023 et 2024, en raison des pressions continues sur les coûts de production, de la hausse des taux d'intérêt, de la récession prévue en 2023 et de la faible croissance attendue en 2024 .

« Nos prévisions de taux de défaut des obligations à haut rendement des marchés développés pour 2023 sont considérablement plus élevées que les taux de défaut réels, inférieurs à 1 % en 2021-2022. Nous nous attendons à ce que les taux de défaut des obligations augmentent encore plus en 2024, dans un contexte de coûts de refinancement élevés », indique l’agence de notation.

L’agence s’attend également à ce que les émetteurs de prêts en difficulté accélèrent leurs opérations de refinancement et les repoussent dans le temps. Celles-ci sont susceptibles d'être traitées comme des « défaillances restreintes » selon ses critères d'échange de créances en difficulté.

« Les émetteurs à effet de levier qui peinent à se désendetter ou à maintenir leurs paramètres de crédit dans les limites des sensibilités de leurs catégories de notation verront leur note abaissée ou leurs perspectives révisées à la baisse. Comme les échéances 2024 et 2025 se situent de plus en plus dans notre horizon de perspectives de 18 à 24 mois, nous adopterons une approche conservatrice du risque de refinancement », alerte Fitch Ratings.

Plus que jamais, les gérants ayant choisi de se positionner sur des obligations high yied devront donc faire preuve de sélectivité. Certains professionnels font toutefois remarquer que passer d’un taux de défaut de 2% à 4% traduit certes un doublement des risques mais se situe, dans le fond, à des niveaux relativement faibles dans un univers d’entreprises particulièrement large. Ces prévisions font cependant la part belle à ceux qui préfèrent jouer la prudence en ne se positionnant que sur des valeurs Investment Grade. Les niveaux de rendement ne sont, certes, pas les mêmes….

PBB