24022024

Retour

Gestion d’actifs

Gay-Lussac Gestion lance la commercialisation de RJ Funds Smicrocaps

flechehautemploi

S’il a été créé en août 2019, RJ Funds Smicrocaps vient d’être ouvert à la distribution auprès du public. Lors d’une vidéo-conférence, l’équipe de gestion en a présenté les caractéristiques.

Le fonds Gay-Lussac Microcaps, créé en décembre 2007, ayant été fermé aux nouvelles souscriptions (pour préserver l’intérêt des porteurs), Raymond James Funds Smicrocaps prend le relais. Ce fonds créé en août 2019, mais seulement ouvert ces jours-ci à la commercialisation, est piloté par la même équipe de gestion et selon la même philosophie d’investissement. Entouré d’Edwin Faure et Hugo Voillaume, c’est Louis de Fels, associé, directeur général et responsable de la gestion collective de Gay-Lussac Gestion, qui a animé le webinaire.

Le portefeuille rassemble des titres de PME et ETI européennes, pour la plupart à actionnariat familial, dont la capitalisation est inférieure à 500 M€. L’objectif est de délivrer une performance annualisée d’au moins 7 % sur des périodes de cinq ans minimum, ce qui permet de doubler son capital tous les dix ans ! Pour cela, l’équipe limite au maximum la volatilité et les drawdowns. C’est d’ailleurs l’un des points forts de Gay-Lussac Gestion que d’être capable d’atténuer l’impact des baisses de marché et de revenir plus rapidement que les autres gestionnaires aux niveaux antérieurs. Le fonds présente aussi la particularité d’être majoritairement investi en dehors de la France, notamment dans les pays nordiques. Mais il reste à l’écart du Royaume-Uni. Le volant de cash tourne autour de 10 %.

Comment garder le cap

« Le process s’échelonne en quatre étapes, a expliqué Louis de Fels. La première étape est quantitative, avec deux critères défensifs (low volatility et low beta) et un critère de performance (momentum). La deuxième intègre les conclusions structurelles et conjoncturelles de notre comité macroéconomique trimestriel. La troisième porte sur l’analyse fondamentale des sociétés. La quatrième a trait à la construction et au suivi du portefeuille dans le cadre de son budget de risque. » La gestion de RJ Funds Smicrocaps illustre ainsi le savoir-faire de la société de gestion dans les domaines de la macroéconomie, avec Jean-Pierre Petit (président des Cahiers verts de l’économie), et de la sélection de valeurs, en éliminant autant que possible les biais humains. Comme de juste, elle tient également compte des aspects ESG.

L’univers d’investissement, qui comprend 800 actions, est dans un premier temps réduit à 200 valeurs. Est ensuite retenue une cinquantaine de titres qui sont considérés comme les plus attrayants et qui se répartissent en trois tiers, en fonction de leur rang dans l’ensemble. Il y a ceux qui sont surpondérés (de 2 % à 5 % de l’actif), ceux qui ont une exposition neutre (de 1 % à 2 %) et ceux qui sont sous-pondérés (de 0,5 % à 1 %). « Nous ne cherchons pas à être chaque année les meilleurs, a souligné Louis de Fels, mais à délivrer une performance régulière. Ce qui, du fait de la beauté des intérêts composés, nous positionne dans la durée en haut des classements. »

Exemples de titres en portefeuille : Sicit (spécialiste italien de la production de biostimulants), Digia (expert finlandais du conseil en informatique), Holland Colours (firme néerlandaise spécialisée dans les systèmes d’induction de peinture), ChemoMetec (concepteur danois de compteurs cellulaires pour des laboratoires de recherche), LiveChat (éditeur polonais de logiciels de communication) ou Kamux (revendeur finlandais de voitures d’occasion). Ce ne sont pas les valeurs de tout le monde ! A noter que le fonds est déjà référencé chez AEP, Alpheys, Cardif et Generali…

ML