30092020

Retour Vous êtes ici : Accueil Capital invest. Capital-investissement : les investisseurs satisfaits de la transparence (étude Coller Capital)

Capital investissement

Capital-investissement : les investisseurs satisfaits de la transparence (étude Coller Capital)

Les investisseurs sont beaucoup plus satisfaits du niveau de transparence en capital-investissement. C’est l’une des principales conclusions du Baromètre mondial 2020 de Coller Capital.

Selon la dernière édition du Baromètre mondial sur le capital-investissement* de la société britannique Coller Capital, acteur de premier plan sur le marché secondaire du capital-investissement, les professionnels sont plus satisfaits du niveau de transparence, s’agissant notamment des informations transmises et des campagnes de communication.

Dans les années qui ont suivi la crise financière de 2008, seuls deux investisseurs LP (Limited Partners) sur cinq étaient satisfaits du niveau de transparence des sociétés de gestion GP (General Partners). Aujourd’hui, quatre sur cinq se déclarent « satisfaits ».

Pas de consensus sur le changement climatique

Mais ce n’est pas le seul enseignement ! La plupart des investisseurs LP estiment que la géopolitique a un impact sur les allocations d’actifs de private equity et que le risque politique augmente dans les pays émergents. « La montée des tensions géopolitiques, commentent les experts de Coller Capital, aura une incidence importante sur la répartition des actifs des fonds de capital-investissement et de capital-risque dans les prochaines années. Beaucoup s’attendent aussi à une augmentation du risque politique sur les marchés émergents, notamment en Russie, en Chine, au Moyen-Orient, en Afrique du Nord et en Amérique latine. L’Asie du Sud-Est et l’Inde sont considérées comme des marchés présentant un plus faible niveau de risque politique ». 

« Le changement climatique, souligne Jeremy Coller, chief investment officer de Coller Capital, reste un sujet controversé qui divise la communauté des investisseurs. Dans une grande partie du monde, il n’existe pas de consensus sur les mesures à prendre, même au sein des organisations des LP. Cela dit, les meilleures pratiques sont souvent contagieuses dans le secteur du capital-investissement et, avec du recul, la marche à suivre est claire ».

Source de disruption créative

Autre éclairage du baromètre : la concentration des capitaux investis en private equity et des actifs sous gestion devrait augmenter, alors que les plus gros gérants captent la moitié des actifs. Les trois quarts des LP prévoient que les GP les plus importants attirent encore une plus grande proportion du total des montants investis en private equity au cours des cinq prochaines années.

Cette concentration croissante des actifs sous gestion n’empêchera toutefois pas les LP, comme les fonds souverains et les compagnies d’assurance, d’augmenter parallèlement le nombre de leurs GP. « Les LP, ajoute François Aguerre, partner chez Coller Capital, anticipent à nouveau une concentration accrue dans le monde du private equity. Les grandes marques du secteur sont les mieux équipées pour répondre, au-delà des rendements, aux attentes en termes de communication, de transparence et d’ESG. »

Enfin, les deux tiers des investisseurs en capital-investissement craignent que l’utilisation par les GP d’ajustements prenant en compte les prévisions d’Ebitda (Earnings before interest, taxes, depreciation and amortization), soit l’excédent brut d’exploitation) n’augmente sensiblement le risque des investissements.

A l’heure actuelle, seul un investisseur sur cinq demande aux gérants de fournir une valorisation indépendante de portefeuille, mais cette proportion devrait à l’avenir atteindre près de la moitié. Les investisseurs cherchent également à améliorer le suivi de leurs portefeuilles. Environ un tiers des LP fait appel aux services de plateformes analytiques dédiées au traitement et au suivi des fonds de capital-investissement, notamment via la collecte des données de performance directement auprès des GP.

La proportion d’investisseurs ayant recours à ce type de services pourrait passer à trois cinquièmes dans les trois ans. Selon le Baromètre de Coller Capital, les deux tiers des investisseurs considèrent le capital-investissement comme « une source de disruption créative et un catalyseur de changement ».

*Le dernier indicateur mondial du private equity a été réalisé du 10 février au 27 mars 2020 auprès de 107 investisseurs. Il est publié deux fois par an depuis 2004.

ML