21072024

Retour

Marché

Neofa veut démocratiser le conseil financier


conseil financier

Comment démocratiser et rendre accessible le conseil financier ? Afin de répondre à ces questions, Neofa dévoile un écosystème inédit pour accompagner l’épargnant dans le maquis de la gestion de patrimoine.

 

Depuis la grande crise financière de 2008, les banques souffriraient d’un désintérêt croissant d’une partie de leur clientèle. Les plus jeunes renonceraient à y ouvrir des comptes et à leur confier leur épargne. Un Français sur trois ne s’investirait plus dans une relation avec sa banque. « A cela, fait observer un porte-parole de Neofa, s’ajoute une perception répandue parmi les épargnants selon laquelle les CGP, réservés aux plus fortunés, ne leur seraient pas accessibles. » Associé à un sentiment de distance, voire d’exclusion, un tel désintérêt face aux conseils financiers constitue le fondement de la naissance de Neofa.

La confiance dans le secteur bancaire s’effrite, alors que, selon Happydemics, 45 % des Français restent fidèles à leur banque « par habitude ». Une « désunion » se manifeste entre intermédiaires financiers et épargnants. Un Français sur deux, selon MoneyVox-YouGov, estime que les intérêts commerciaux priment sur les siens. Le turnover des conseillers financiers, l’éventualité d’un défaut de conseil et l’émergence de néo-banques, parfois considérés comme « opaques et déshumanisées », n’arrangent pas la situation et renforcent le sentiment d’éloignement.

Un écosystème inédit, digitalisé et simplifié

Un autre sondage de MoneyVox-YouGov, plus récent, montre que 54 % des Français ont peu ou n’ont pas confiance dans la solidité du secteur financier, « engendrant l’isolement des épargnants face à des acteurs déconnectés de leurs besoins réels ». Bref, les idées sur la gestion financière foisonnent, avec la persistance d’une croyance : en raison des coûts élevés qui leur sont inhérents, seuls les personnes fortunées auraient accès à des services financiers de qualité, sans compter que beaucoup sont découragées par les démarches administratives. Et le porte-parole de Neofa de commenter : « L’impression de rareté de conseils adaptés amplifie la méfiance, laissant les individus seuls face à leurs choix financiers, dans l’incompréhension des enjeux. »

Fort de ces constats, afin de réconcilier les épargnants avec la gestion financière – Neofa, dont le siège est à Nice et qui a démarré son activité en 2021 – a mis au point un écosystème « inédit, digitalisé et simplifié » pour aider chacun d’entre eux à créer, développer et gérer son patrimoine « en toute transparence ». Un écosystème que la startup dirigée par Alain Broyon et Nicolas Delorme souhaite aujourd’hui faire mieux connaître. Grâce à une plateforme en ligne qui simplifie les démarches administratives, la société met les Français que cela intéresse, en fonction de leur profil d’inscription, avec un grand nombre de CGP, sélectionnés partout dans l’Hexagone pour leur approche impartiale et neutre.

« Des outils numériques, précise encore le porte-parole, garantissent une interaction personnalisée, sur mesure, entre clients et conseillers. Pour accentuer ce rapprochement et placer la confiance au cœur de son projet, Neofa a repensé le système de rémunération des conseillers, afin d’éliminer les conflits d’intérêts et d’assurer une transparence. L’accessibilité étant une priorité, nous proposons un modèle d’abonnement abordable pour élargir l’accès aux services de gestion de patrimoine à l’ensemble des profils financiers. » Selon les cas, le tarif va de 25 € à 150 € et plus par mois, après une analyse initiale qui coûte 300 € ou 500 €.

Neofa, qui revendique un statut d’acteur de référence de la gestion de patrimoine, facilite la création et le développement d’un patrimoine avec des outils en ligne. Chaque épargnant est accompagné par un conseiller sur différents sujets : réduction d’impôt, retraite, immobilier, investissement financier, crédit, succession… La société, qui a déjà sensibilisé 50.000 épargnants, affichait dernièrement une croissance mensuelle supérieure à 10 % !

ML