07072020

Retour Vous êtes ici : Accueil Banque/CGP Les banques en ligne, neobanques et Fintech

Banque

Les banques en ligne, neobanques et Fintech

neobanque

neobanque

Le domaine de la banque est en profonde mutation. Face à la rigidité du système bancaire traditionnel, d’autres solutions ont vu le jour et bousculent un domaine d’ordinaire très conservateur. Ainsi, les banques en ligne, les néo-banques et les entreprises de la Fintech arrivent en nombre sur le marché et permettent d’offrir des services nouveaux aux utilisateurs.

 

(Publi-rédactionnnel)

 

 

L’évolution de l’offre bancaire

L’évolution de l’offre bancaire permet aux investisseurs de bénéficier de nouvelles solutions en matière d’épargne, de consommation ou d’investissement en ligne.

 

La banque en ligne

La banque en ligne est probablement la solution la plus connue du grand public. Souvent adossé à un groupe bancaire, ces banques en ligne ne possèdent pas d’agences physiques. Elles proposent des services en ligne et offrent en général des frais bancaires moins élevés. Par exemple, BforBank est la banque en ligne du Crédit agricole, tandis que helloBank est celle de la BNP.

Les néo-banques

Les néo-banques ont commencé à apparaître sur le marché français dans les années 2010. Mais leur réputation n’a véritablement décollé que ses dernières années. Comme les banques en ligne, les néo-banques ne possèdent pas d’agences physiques. Toutefois, la principale différence est qu’elles fonctionnent de manière indépendante et ne sont pas adossées à un établissement bancaire. Certaines néo-banques possèdent une licence bancaire. C’est le cas de N26 et Revolut, deux établissements qui ont connus un grand succès en France ces dernières années. D’autres, comme Sogexia ou Compte Nickel n’en possèdent pas et agissent en tant qu’intermédiaire financier. Les néo-banques sont particulièrement appréciées par les personnes amenées à échanger ou à gérer plusieurs devises.

                                                              

La Fintech

La Fintech est un anglicisme qui provient des mots « Finance » et « Technologie ». Les entreprises de la Fintech sont pour la plupart des petites structures et des start-ups qui proposent des applications mobiles ou des services basés sur l’intelligence artificielle ou la blockchain. Par exemple, certaines entreprises agissent comme une plateforme d’investissement et de trading social. Sans aucune tierce dépendance, ces entreprises vous permettent d’être votre propre gérant de portefeuille. Profitant d’un cadre réglementaire moins rigide et d’une technologie à la pointe, ces entreprises rencontrent un succès grandissant en France.

La banque, son futur

L’arrivée des entreprises de la Fintech, des banques en ligne et des néo-banques sur le secteur bancaire correspond à l’ « open banking » qui est en train de modifier le paysage bancaire en proposant une uberisation bancaire avec un utilisateur replacé au centre de jeu. Si la banque traditionnelle ne devrait pas disparaître pour autant, son avenir passera inévitablement par la proposition de nouveaux services plus adaptés.

Au niveau européen, les chiffres ne trompent pas. Ainsi, l’investissement des institutions financières européennes dans l’open banking est toujours plus important. La France n’est pas à la traîne dans ce domaine avec 64,5 % de ses établissements financiers qui dépensent plus de 100 millions d’euros dans l’open banking.

Avec ces investissements massifs, la stratégie consiste à améliorer l’expérience client, souvent mécontent des services traditionnels des banques. De plus, elle passe par la modernisation des systèmes informatiques et l’optimisation des processus bancaires.

Ces dernières années, le secteur bancaire a changé en profondeur. L’arrivée des banques en ligne puis des néo-banques et enfin des entreprises de la Fintech a permis de dépoussiérer un secteur vieillissant et d’offrir toujours plus de services au client.