04062020

Retour Vous êtes ici : Accueil Banque/CGP Coronavirus : les cabinets de CGP à l’épreuve du confinement (enquête CNCGP)

Banque

Coronavirus : les cabinets de CGP à l’épreuve du confinement (enquête CNCGP)

Selon un sondage de la CNCGP, les cabinets de CGP se sont plutôt bien adaptés au télétravail. Mais la plupart anticipe une perte de leur chiffre d’affaires pouvant aller jusqu’à 30%.

Résilience. C’est pour l’instant la grande qualité dont font preuve les CGP pour traverser cette crise sanitaire, économique et financière quasi-mondiale. En témoignent les résultats du sondage réalisé mi-avril par la Chambre nationale de conseils en gestion de patrimoine (CNCGP), une des associations historiques de CIF, auprès de 1 650 cabinets adhérents.

25% ont recours au chomage partiel

Concrètement, alors que la moitié des cabinets adhérents de la Chambre sont des structures unipersonnelles, le recours au chômage partiel a été assez réduit. Il concerne quand même 25% des cabinets.

Les caractéristiques même du travail de CGP (conseil, analyse de patrimoine, souscription de placements ou arbitrage d’allocation) rendent possible le télétravail : d’ailleurs 86% ont mis en place le travail à distance. « Ce format apparaît performant, il satisfait 85 % des adhérents qui l’ont mis en pratique », commente la CNCGP. A noter que beaucoup de cabinets unipersonnels travaillent déjà depuis longtemps depuis leur domicile.

Concernant les autres dispositifs mis en place par l’Etat pour traverser la crise, selon le sondage de la CNCGP, seuls 15% des cabinets ont eu recours au prêt garanti par l'Etat (PGE) et 11% des adhérents ont demandé un report des loyers commerciaux.

Une baisse anticipée de 20 à 30% du CA pour un tiers des CGP

Malgré tout, les cabinets de CGP anticipent une baisse de chiffre d’affaires : 43% estiment qu’elle sera de l’ordre de 10 à 20% et même 34% d’entre eux anticipent un recul compris entre 20 et 30%.

Ils en profitent pour se former : « Les membres de la CNCGP mettent à profit cette période pour valider leurs heures de formations obligatoires en e-learning », précise la CNCGP qui va d’ailleurs transformer les sessions de formation en présentiel prévues de mai à juillet en format vidéoconférence.

Quant à leurs missions, 87% estiment que la priorité actuelle est d’accompagner leurs clients et les rassurer face aux impacts économiques de la pandémie.

Selon les CGP interrogés, la crainte principale de leurs clients concerne leur situation patrimoniale, après la baisse des marchés financiers et son incidence sur la valorisation de leurs actifs. Cependant, 40% de leurs clients s’inquièteraient peu ou pas du tout des effets de la crise.

CMG