30092020

Retour Vous êtes ici : Accueil Assurance vie Assurance vie : à quels taux de rendement s’attendre pour les fonds euros 2020 ?

Assurance vie

Assurance vie : à quels taux de rendement s’attendre pour les fonds euros 2020 ?

Sans surprise, les taux de rendement de l’assurance vie vont encore baisser pour l’année 2020. Oui, mais jusqu’où ? Cyrille Chartier-Kastler, fondateur de Facts & Figures, nous livre quelques éléments de réponse.

En 2020, le taux de rendement moyen servi pour les fonds euros des contrats d’assurance vie devrait avoisiner les 1 % à 1,10 % nets de frais de gestion, a calculé Cyrille Chartier-Kastler, fondateur du cabinet Facts & Figures, spécialiste de l’assurance vie, en croisant de multiples données : tombées de coupons, politiques marketing et de distribution de la Provision pour participation aux bénéfices des compagnies d’assurance vie, rendement de l’actif général, etc.

+0,6% de taux moyen 2020 net d'inflation... mieux qu'en 2019 !

« Mais si l’inflation tombe à 0,4 %, le rendement net d’inflation fera toujours mieux que celui de l’année 2019 », explique-t-il. En effet, Facts & Figures a évalué la baisse moyenne des taux servis en 2019 à -0,33 %, soit environ un taux moyen de 1,3 % nets de frais de gestion (contrairement à la FFA, le cabinet ne prend en compte que les fonds euros classiques des contrats d’assurance vie individuels et hors épargne retraite). => cliquez >> ici pour consulter notre comparatif 2020 des rendements 2019 des fonds euros

Mais comme l’inflation était redescendue à 1,1% en 2019, le rendement net d’inflation des fonds euros est redevenu positif en 2019 à +0,2% (alors qu’il était passé en territoire négatif à - 0,1 % en 2018). Selon ce principe, en 2020, le rendement net d’inflation des fonds euros en 2020 pourrait donc être de +0,6%.

Sur l’avenir de l’assurance vie, Cyrille Chartier-Kastler met en garde : la chute de la collecte pendant le confinement, particulièrement sur les fonds euros, montre que l’assurance vie s’éloigne de ses clients. « Aujourd’hui, les assureurs ont conçu un produit uniquement par rapport à leur besoin pour répondre aux contraintes de Solvabilité 2 », autrement dit, en imposant un minimum de versement sur des unités de compte et en « fermant le robinet des fonds euros ».

Où est passée la dimension populaire de l'assurance vie ?

Mais les Français moyens ne suivent plus : « L’assurance vie perd sa dimension populaire » : la collecte en épargne standard (44 Md€ en 2019) baisse depuis 2015, tandis que l’épargne patrimoniale (51,6 Md€) et l’épargne gestion privée (34,8 Md€) grimpent. Les compagnies d’assurance vie ont répondu « aux demandes de placement des clientèles qui acceptent de prendre une part de risque, c'est-à-dire les clients patrimoniaux et gestion privée », estime le spécialiste de l'assurance vie. Conséquence : aujourd’hui, l’épargne standard qui représente 90% des ménages français ne pèse plus que 48% des encours (55% en 2012).

Cyrille Chartier-Kastler alerte : « A ne plus vouloir répondre aux attentes de l’épargnant standard, les assureurs vie courent le risque d’une révision de la fiscalité de l’assurance vie », qui devient de plus en plus une niche fiscale, souscrite uniquement pour des questions d'optimisation successorale. 

Carole Molé-Genlis