12062024

Retour

Actualité des sociétés

Rechercher la croissance bénéficiaire à long terme

 
Rechercher la croissance bénéficiaire à long terme

Interview de Marion Casal et Olivier de Royere, Gérants - Montpensier Finance

 

Quelles sont les principales caractéristiques du fonds Quadrator SRI ?
Quadrator SRI est investi dans des entreprises de petites et moyennes capitalisations de la zone euro. Il s’agit d’un fonds multithématiques de conviction labellisé ISR, SFDR 9 et SRI 4*. Dès le départ, notre objectif a été de sélectionner les valeurs qui génèrent durablement de la croissance bénéficiaire. Afin d’orienter notre démarche d’analyse et définir un axe d’investissement clair dans le cadre de notre stock picking, nous avons retenu quatre grandes thématiques porteuses, susceptibles de surperformer le marché sur la durée.

Quelle est l’étendue de votre univers d’investissement ?
Il est particulièrement vaste puisque, parmi les quelque 3 000 valeurs cotées en Europe, il en existe 1 300 dont la capitalisation est comprise entre 200 millions et 7 Md€ et dont la liquidité est suffisante pour investir une bonne gestion des risques. Parmi celles-ci, environ 300 valeurs passent nos premiers filtres quantitatifs et répondent à nos critères thématiques d’analyse financière et d’analyse extra-
financière. Nous retenons in fine une cinquantaine de titres pour construire un portefeuille suffisamment diversifié. Le potentiel d’appréciation d’une valeur doit être au minimum de 15 % au moment de l’entrée en portefeuille.

Quel est le profil des valeurs du portefeuille ?
Au sein de nos thématiques, il s’agit de sociétés de taille suffisante pour être ou devenir leader mondial dans leur domaine. Il ne s’agit pas uniquement de valeurs de croissance mais aussi, le cas échéant, de valeurs plus value, souvent cycliques, positionnées sur des tendances positives de long terme. S’il comporte certains biais sectoriels liés aux thèmes retenus, le portefeuille est donc relativement diversifié en termes de styles de gestion, les pondérations retenues étant bien évidemment adaptées au contexte de marché.

Concernant plus spécifiquement les valeurs, le marché des petites et moyennes valeurs étant moins efficient que celui des grandes capitalisations, les opportunités y sont plus nombreuses. Les entreprises y présentent des niveaux de croissance plus élevés qui expliquent une surperformance sur le long terme par rapport aux grandes capitalisations. L’univers des petites et moyennes capitalisations européennes recèle enfin de nombreuses entreprises de qualité répondant aux défis environnementaux et sociaux de demain.

Quelles sont les quatre thématiques porteuses que vous avez retenues ?
Il s’agit de thématiques qui ont un impact positif sur nos sociétés. Leur pondération dans le portefeuille varie en fonction des opportunités présentes sur le marché. Actuellement, c’est la thématique Digital Impact qui figure en première position avec un peu plus de 30 % de l’actif du fonds. Elle concerne les entreprises gagnantes de la transformation numérique, tant dans les services que dans l’industrie. La thématique Lifestyle concerne les grandes tendances de consommation actuelles.

Elle est en deuxième position dans le portefeuille avec 23,4 %. Elle recouvre le secteur du luxe, notamment avec les sous-traitants des grands acteurs. Le sujet de l’inflation par exemple a été un thème central en 2022, avec le retour en grâce des supermarchés discount. Pour 2023, nous avons réinvesti dans des entreprises de qualité du secteur de la consommation qui ont de notre point de vue exagérément baissé en 2022.

La thématique Smart Resources est en troisième position. Elle représente 21,3 % du portefeuille et répond à l’urgence du développement durable qui impose une transformation dans la gestion des ressources énergétiques et environnementales. Elle concerne les énergies solaire et éolienne, mais aussi les solutions d’efficience énergétique et d’économie d’énergie. Enfin, la thématique Better Life, qui répond à la volonté des individus d’améliorer leur bien-être et leur santé tout au long de leur vie, a une pondération qui avoisine 19 %.

Elle intègre les secteurs du sport, de la nutrition mais aussi celui des équipement médicaux et paramédicaux. La moindre pondération de ce thème résulte de niveaux de valorisation historiquement élevés qui font suite au bon comportement des valeurs à la suite de la crise sanitaire. Nous nous réservons également une marge de manœuvre, qui correspond actuellement à 4 % du portefeuille, pour saisir des opportunités en dehors de nos quatre thématiques de prédilection.

Quel est le turnover de votre portefeuille ?
Dans la mesure où nous ciblons des entreprises évoluant sur des marchés porteurs, en croissance sur le long terme, leader d’aujourd’hui et de demain, nous visons à accompagner les entreprises sur la durée. Le turnover, qui avoisine 57 % du portefeuille au 31 août 2023, correspond aux opérations liées à notre discipline de vente et aux arbitrages liés à la gestion tactique de nos pondérations.

Comment appréhendez-vous la dimension ISR ?
Nous nous concentrons sur les segments de marchés les plus porteurs, qui contribuent à la réalisation des objectifs de développement durable de l’ONU. Notre rôle est de privilégier des managements de qualité avec une vision long terme. En recherchant les entreprises qui ont fait le choix d’impacter positivement le monde dans lequel nous vivons, nous nous appuyons sur une méthodologie propriétaire d’analyse ISR en quatre étapes développées par Montpensier Finance. Ces quatre étapes sont les suivantes : l’exclusion d’activités controversées telles que l’armement, l’exploration d’hydrocarbure, le tabac, les OGM, l’huile de palme, les jeux de hasard ou encore les divertissements pour adulte.

Nous excluons également les firmes notées CCC et controverses Red par MSCI. Ensuite, nous passons à une analyse quantitative des valeurs en veillant au respect des pratiques de bonne gouvernance au moyen de notre méthode propriétaire, le Montpensier Governance Flag.
Nous sommes attentifs à certains prérequis comme la composition du conseil d’administration, les rémunérations, la structure actionnariale, ainsi que les pratiques comptables. La dernière étape repose sur un autre outil, le Montpensier Impact Assessment, qui nous permet d’appréhender la contribution des valeurs aux ODD, qu’ils concernent la transition écologique, avec la préservation de l’environnement et la bonne gestion des ressources, ou la transition solidaire autour des thèmes de l’inclusion et de l’accès aux besoins essentiels.

Pour ces dernières étapes, nous nous appuyons sur l’analyse ISR interne. Nous complétons également notre approche responsable grâce à notre politique d’engagement, avec l’objectif de promouvoir le dialogue constructif avec les entreprises en portefeuille autour de leur performance extra-financière, et en exerçant nos droits de votes.

 

Thierry Bisaga