14062024

Retour

Actualité des sociétés

OPCVM : souscriptions et performances positives en juillet


bourse chiffres gestionEn juillet, les souscriptions nettes ont atteint 4,2 Md€. Sur un et six mois, les performances de la quasi-totalité des familles de fonds d’investissement ont évolué en territoire positif. Ce sont les principaux enseignements de la dernière étude mensuelle en date de SIX.

Au cours du mois écoulé, les catégories « taux » (5.932 M€ pour la trésorerie et 1.016 M€ pour les portefeuilles collectifs obligataires) ont, selon les statistiques de SIX, permis à l’ensemble des Sicav et fonds de droit français commercialisés auprès d’un large public (près de 6.700 produits) d’engranger 4.238 M€ d’argent frais. Dans le compartiment « actions », les sorties l’ont emporté sur les entrées à hauteur de 1.011 M€. Dans celui des Sicav et fonds diversifiés, la décollecte s’est chiffrée à 866 M€. Les investisseurs semblent avoir voulu se positionner à des niveaux de taux relativement généreux dont ils avaient fini par perdre l’habitude et prendre des bénéfices sur les actions.

Prudence de rigueur

Cela dit, les actions, réputées pour comporter un risque élevé, ont réalisé les meilleures performances, que ce soit sur un mois (+ 1,8 %, grâce à l’Asie-Pacifique : + 2,9 %) ou sur six mois (+ 4,4 %, grâce à l’Amérique du Nord : 8,1 %). Suivent les stratégies diversifiées (+ 1,1 % sur un mois et + 2,1 % sur six mois). La petite famille « trésorerie internationale » est en recul sur un mois (– 1 %). Un autre segment de marché, celui des matières premières, est en repli sur six mois (– 3,4 %). Sur ces deux périodes à la fois, toutes les autres familles font apparaître des scores positifs. Depuis la fin de l’année dernière, les actions se sont adjugé 11,6 % ! Pas mal si l’on considère qu’il y a peu la plupart des spécialistes annonçaient une inévitable récession et une inexorable détérioration des profits des entreprises cotées…

Depuis la fin de l’année dernière, l’encours global des OPCVM a, d’après SIX, progressé de 4,5 % (+ 1,2 % en juillet), à 880,35 Md€. Les produits de trésorerie (40,8 % du total), les produits « actions » (26,3 %), les produits de taux (12,8 %) et les produits diversifiés (9,6 %) forment les catégories les plus importantes. Sur trois ans (à fin juillet 2023), les familles    « actions » gagnent en moyenne 28,3 %, quand les familles « obligations », elles, cèdent encore 4,2 %.

ML