16042021

Retour

Assurance vie

Aviva France : Aéma Groupe sélectionné

aviva building

aviva building

Aéma Groupe, née tout récemment de la fusion entre La Macif et Aésio a réussi à convaincre Aviva de lui céder sa filiale française. Une opération d'envergure pour l'assureur qui double de taille.

On savait depuis plusieurs semaines qu’il tenait la corde : Aéma Groupe, née tout récemment de la fusion entre La Macif et Aésio, a annoncé ce matin être entré en négociation exclusive avec Aviva pour reprendre sa filiale française. Aéma avait clairement la faveur des salariés d’Aviva France, mais aussi de l’Afer, dont il distribue ses produits d’épargne et son fameux fonds en euros. L’opération est d’envergure et financièrement et stratégiquement. Tant pour la maison mère d’Aviva France que pour Aéma Groupe.

 

Avec 7,8 milliards d’euros de chiffre d’affaires, 335 millions d’euros de résultat net et 3 millions de clients en 2019, Aviva France est un acteur généraliste de l’assurance jouissant de positions fortes en épargne retraite, sur les marchés de l’assurance dommages, de la prévoyance, de l’assurance santé, de la gestion d’actifs ainsi que sur l’assurance des professionnels. La société s’appuie sur 4 200 collaborateurs, un réseau de distribution composé de près de 1 000 agents généraux et un millier de courtiers partenaires. Le futur groupe résultant de cette opération devrait présenter un chiffre d’affaires de 16 milliards d’euros, devenant ainsi l’un des cinq premiers groupes d’assurance en France.

 

Le financement de cette acquisition à 3,2 milliards d’euros s’appuiera sur les fonds propres d’Aéma et une levée de dette subordonnée. A la suite de l’acquisition, le repreneur disposera de 11 milliards d’euros de fonds propres prudentiels, d’un niveau d’endettement comparable à celui des principaux acteurs du marché, et d’un ratio de solvabilité de plus de 165%, avec une trajectoire visant 200% à un horizon de 4 ans. Cerise sur le gâteau, Aéma Groupe a réussi à négocier une indemnité spécifique sur les contrats à « cours connus » octroyée par Aviva et souscrits auprès d’Abeille Vie entre 1989 et 1997. Ce risque a déjà été provisionné sur le bilan d’Aviva France et l’accord prévoit que, dans un scénario peu probable où cette provision serait insuffisante, les deux parties partageraient l’exposition supplémentaire.

 

Aviva se recentre et se renforce financièrement

 

En cédant sa filiale française, Aviva, de son côté, recentre ses activités sur ses principaux marchés, au Royaume-Uni, en Irlande et au Canada. Cela lui permet, en parallèle, de renforcer significativement son capital (+ 2,1 Md£) et sa trésorerie (+ 2,8 Md£). Le montant de l’opération est payé entièrement en numéraire à hauteur de 0,8x les fonds propres réglementaires Solvabilité II d’Aviva France. Cette dernière est la plus importante participation « Manage for value » d’Aviva mais n'a pas versé de dividendes à sa maison mère en 2020. L'activité principale d'Aviva France est à forte intensité en capital et cette opération réduira la volatilité du ratio de solvabilité du Groupe, qui ne sera plus exposé au risque de taux lié aux fonds d’assurance-vie garantis en euros.

 

La transaction est encore soumise aux consultations et conditions suspensives habituelles, y compris les approbations réglementaires, et devrait être effective d'ici la fin 2021.

 

Globalement, Aéma Groupe fait là, une très belle opération lui permettant de doubler de taille alors qu’il vient tout juste d’organiser une opération de fusion. Il s’adjoint également un département de gestion d’actifs dynamique et parfaitement adapté à la volonté du Groupe d’appréhender tous les pans de l’épargne (en développant notamment l’offre d’assurance vie) et de la prévoyance. Il met notamment la main sur la manne de l’Afer (54,4 Md€ d'encours total au 31 décembre 2020 sur les contrats d'assurance vie) qui constitue une part importante de l’activité d’Aviva France, manne qu’il était primordial de conserver.

 

Aéma Groupe a donc réussi à avoir le dernier mot face à l’offre concurrente Allianz/Athora qui semblait revenir en force ces derniers jours. Mais les équipes de La Macif travaillaient depuis longtemps sur ce deal et ont manifestement réussi à capitaliser sur cette avance. L’assureur a maintenant du pain sur la planche….

PBB