22062024

Retour

Actualité des sociétés

Répondre à l’impératif de la biodiversité

 
Répondre à limpératif

Emmanuelle Sée, Responsable Gestion Actions - Swiss Life Asset Managers France.

 

 

Le fonds Swiss Life Funds (LUX) Equity Environment & Biodiversity Impact est l’une des rares et premières solutions d’investissement axées sur la préservation de la biodiversité. Quelle est sa genèse ?
Depuis 2021, Swiss Life Asset Managers s’est doté d’un pôle d’expertise thématique impact dédié aux problématiques climatiques et environnementales. Après la lutte contre le réchauffement climatique, la finance s’attèle aujourd’hui à un nouveau défi de taille avec la préservation de la biodiversité. Avec le fonds Swiss Life Funds (LUX) Equity Environment & Biodiversity Impact, qui bénéficie d’une gestion de conviction associée à une démarche d’impact, les investisseurs peuvent saisir des opportunités de croissance durable via des entreprises œuvrant contre la perte de biodiversité.

Parmi les principaux facteurs responsables de la dégradation de nos écosystèmes, nous retrouvons les changements d’utilisation des terres et des mers, l’exploitation directe des espèces, le changement climatique, la pollution et les espèces invasives. Les crises de la biodiversité et du climat sont liées : nos écosystèmes jouent un rôle central dans l’absorption du carbone. La dégradation de la nature induit des répercussions sanitaires, sociales mais également économiques. Les activités des entreprises – et inévitablement leurs revenus - sont directement touchées.

Près de 5-8 % de la production agricole mondiale est, par exemple, directement attribuable à la pollinisation animale. Le cadre réglementaire progresse et encourage les investisseurs à agir. 196 pays se sont réunis lors de la COP15 sur la biodiversité et ont adopté un accord historique, qui définit un cap clair et fixe des objectifs quantifiés pour réduire significativement la perte de la biodiversité. Ces progrès réglementaires, associés à une prise de conscience plus grande du public, doivent maintenant se traduire concrètement en actes d’investissement.

Pourquoi parle-t-on davantage de la biodiversité aujourd’hui ?
La perte de la biodiversité s’est accélérée et ce, à l’échelle globale. De nombreuses espèces animales et végétales disparaissent à un rythme alarmant en raison de la destruction des habitats, du changement climatique, de la pollution, de la surexploitation des ressources naturelles et d’autres activités humaines. Au-delà de certains seuils, la détérioration s’accélère et devient irrémédiable. La préservation de la biodiversité est devenue un enjeu mondial majeur, intégré dans les politiques environnementales, les accords internationaux et les objectifs de développement durable des Nations Unies.

Comment s’articule votre approche de gestion ?
C’est un fonds thématique, à impact, classifié article 9 selon le règlement SFDR. L’objectif de gestion est d’investir dans des entreprises qui sont actives dans la préservation de la biodiversité. Notre rôle est d’évaluer entreprise par entreprise comment ces critères de respect de la biodiversité sont réellement intégrés. Cela passe, tout d’abord, par l’exclusion des entreprises à impact négatif, dont l’activité contribue directement à dégrader nos écosystèmes. Il s’agit également d’investir dans des sociétés qui proposent des solutions pour les protéger et/ou les restaurer.

On peut mentionner les solutions de gestion de la qualité de l’eau ou de réduction des déchets, mais aussi les technologies de surveillance des fonds marins. Notre analyse s’appuie sur le cadre des objectifs de développement durable, fixés par les Nations Unies, et notamment sur les objectifs 14 et 15 qui concernent la vie sous-marine et terrestre, ainsi que sur l’objectif 12, davantage axé sur la consommation et la production durable.

Quelles sont les entreprises qui figurent dans votre univers d’investissement ?
Pour être prise en compte dans l’univers d’investissement, une entreprise doit démontrer une intentionnalité matérielle. Cela implique une vision claire de la part du management, ainsi qu’un stade de développement avancé post recherche et développement. L’univers d’investissement est, de fait, dynamique, reflétant le vivier d’opportunités au sein duquel de nouvelles solutions et technologies émergent.

Selon le World Economic Forum, les investissements relatifs à la biodiversité représentent un marché potentiel valorisé à 10 trillions de dollars par an, et 395 millions d’emplois à horizon 2030. Les entreprises positionnées sur ce segment constituent dès lors de réelles opportunités d’investissement. Nous portons donc naturellement une attention particulière à l’émergence des différents projets, ainsi qu’à leur degré de matérialité, qui doit être suffisant pour justifier leur inclusion dans notre univers d’investissement.

Comment définiriez-vous votre style de gestion ?
C’est un fonds d’actions cotées internationales géré activement. Le processus d’investissement prend en compte une approche durable et en excluant certaines sociétés sujettes à de fortes controverses environnementales, sociales et de gouvernance (ESG). De par sa thématique et sa perspective impact, le fonds présente des biais marqués sur des secteurs, facteurs et zones géographiques. Par exemple, nous n’investissons pas sur le secteur des financières. La gestion est dite « quantamentale », un terme qui combine quantitative et fondamentale, afin de présenter un portefeuille robuste comprenant entre 50 et 80 valeurs. Elle repose sur des inputs associant analyses « top-down » et « bottom-up ». Le prisme quantitatif permet de construire une structure de portefeuille solide, en maîtrisant à la fois les contraintes réglementaires et de risque. L’approche fondamentale est essentielle dans la sélection des entreprises en tenant compte de leurs activités et de leurs sensibilités envers la biodiversité.

En quoi vous distinguez-vous de la concurrence ?
Chez Swiss Life Asset Managers, la biodiversité est une thématique qui nous tient particulièrement à cœur. C’est pourquoi, nous avons décidé de placer notre engagement dans ce domaine au cœur de notre démarche d’investissement. Nous sommes en effet convaincus que le respect de la biodiversité s’impose comme la nouvelle thématique prioritaire des investisseurs engagés. Swiss Life Asset Managers France est d’ailleurs membre, depuis 2022, de la Fondation Finance for Biodiversity. Il résulte de ce positionnement fort que nous sommes l’un des premiers acteurs du marché à lancer un fonds dédié à la biodiversité qui soit réellement en ligne avec les défis qui s’imposent à nous. Notre méthodologie, qui repose sur des indicateurs scientifiques et sur la recherche académique, permet en effet d’offrir des réponses concrètes aux problématiques de la biodiversité.

 

Thierry Bisaga