28062022

Retour

Immobilier

Immobilier : vive les bureaux en région !

opcimmo

L’immobilier de bureaux hors Paris a de beaux jours devant lui si l’on en croit Foncière Inéa qui surfe depuis sa création en 2005 sur ce segment. Cette SIIC est également très optimiste sur les perspectives de la logistique urbaine qui alimente les distributeurs soucieux d’organiser leurs livraisons du dernier kilomètre.

Depuis l’avènement de la pandémie, les professionnels de l’immobilier sont assez inquiets. Avec le confinement, de nouvelles habitudes de travail ont été prises et les entreprises elles-mêmes ont revu leurs exigences vis-à-vis de leurs salariés, certaines imposant même un full télétravail ! De nouvelles pratiques qui ne sont pas sans provoquer des répercutions sur les professionnels de l’immobilier et plus particulièrement les foncières et les SCPI de bureaux.

Mais avec un peu plus de recul par rapport aux événements de 2020, des tendances émergent. Parmi celles-ci, le fait que les salariés ne souhaitent pas abandonner complètement leurs bureaux et leurs collègues. Un peu de télétravail, oui, mais pas à temps complet. Du coup, les entreprises s’adaptent petit à petit à cette nouvelle configuration. Et celles qui concentraient leurs m2 à Paris et en région parisienne sont de plus en plus nombreuses à privilégier une décentralisation de leurs bureaux. Mais pas n’importe comment. Elles souhaitent des bureaux neufs dans de grandes métropoles et parfaitement adaptés aux nouvelles façons de travailler, donc flexibles, agréables à vivre et soucieux de leur environnement.

Ces évolutions ne sont pas pour déplaire à Foncière Inéa qui a bâti son business model sur le développement d’un patrimoine immobilier de bureaux neufs en région. Créée en 2005, cette SIIC cotée affiche aujourd’hui un patrimoine de 1,1 Md€, un ANR de 450 M€ et une LTV (loan to value) de 47%. « Cela fait un bon moment que nous privilégions les grandes métropoles françaises au détriment de Paris et sa périphérie. Il nous est toujours apparu que des immeubles à taille humaine, divisibles, flexibles et verts étaient susceptibles de délivrer de bons rendements sur la durée », estime Philippe Rosio, pdg de la foncière.

Et ce, d’autant plus qu’il s’est également focalisé sur un autre type d’actifs en vue de se diversifier : les parcs d’activité, autrement dit la logistique urbaine permettant notamment aux distributeurs d’assurer les livraisons du dernier kilomètre. Après avoir commencé à développer ce segment en région parisienne (avec 100 000 m2), il envisage maintenant d’aborder ce marché en région. Il est déjà à Bordeaux et finalise actuellement une transaction portant sur 11 000 m2 à Lyon.

Son objectif à 5 ans : doubler la taille de son patrimoine immobilier pour atteindre les 2 Md€. Pour cela, il compte développer encore son portefeuille d’immeubles de bureau dans les 10 plus grandes métropoles françaises, et accroître sa présence sur le marché de la logistique urbaine et périurbaine en région.

Il vient de distribuer un dividende offrant un rendement de 6% au regard du cours de Bourse. De quoi satisfaire ses actionnaires, notamment composés de family offices (pour 40%) et d’investisseurs institutionnels (20%).

PBB