16042024

Retour

Actualité des sociétés

La voie vers l'économie circulaire passe par la volonté politique


BNPP Gestion de Fortune Masthead 410x200La transition vers une économie circulaire devrait avoir d’énormes retombées positives sur l’environnement, à commencer par la réduction des émissions de gaz à effet de serre, le ralentissement de l’utilisation des ressources naturelles et la lutte contre la perte de la biodiversité. Elle devrait également créer des opportunités substantielles pour les investisseurs.

(Publi-communiqué) 

Les responsables politiques du monde entier ont un rôle central à jouer pour inciter les entreprises et les consommateurs à appliquer les grands principes de l’économie circulaire, à savoir : réduire, réutiliser et recycler. Cela pourrait se traduire par l’adoption de réglementations ou de mesures incitatives destinées à encourager une utilisation plus importante des produits numériques et des expériences virtuelles, ainsi qu’un recyclage plus poussé des biens de consommation durables et des vêtements.

Les États-Unis, la Chine et l’Union européenne sont loin d’être d’accord sur de nombreux points, mais semblent toutefois unanimes quant à l’importance de forcer la transition vers une économie circulaire. Ces trois régions ont adopté des législations pour favoriser la transition. Si les raisons environnementales ne manquent pas, leurs gouvernements sont également conscients des avantages concurrentiels à long terme qui découleront du fait que les entreprises américaines, chinoises et européennes s’adapteront et repenseront leurs activités, et qu’elles prendront une longueur d’avance avant que le reste du monde ne durcisse les règles.

Une sonnette d’alarme

Les preuves attestant de la nécessité d’agir ne manquent pas. Une mesure bien connue de l’impact de l’humanité sur les ressources de la planète est le « Jour du dépassement ». Créé en 1971, ce jour marque la date à laquelle la demande de l’humanité en ressources et services écologiques au cours d’une année donnée dépasse ce que la planète peut régénérer au cours de cette même année. Cette année, le jour du dépassement est tombé le 2 août. Autrement dit, pour satisfaire la consommation mondiale cette année, il faudrait 1,7 planète.

Au fur et à mesure que le niveau de vie augmente dans les régions moins développées, la pression sur les ressources planétaires ne fait que s’intensifier. Notre modèle économique linéaire actuel, ou « prendre-fabriquer-jeter », dans lequel les ressources sont extraites, les produits fabriqués et les déchets jetés, engloutit de plus en plus de ressources chaque année. D’ici 2050, si nous ne nous tournons pas vers une économie circulaire, nous consommerons presque deux fois plus de ressources qu’en 2019 : 184 gigatonnes (Gt) en 2050, contre 100 Gt en 2019

Des raisons d’être optimistes

Il y a toutefois de l’espoir. L’édition 2019 des Perspectives mondiales des ressources matérielles à l’horizon 2060 de l’OCDE indique que des changements structurels et technologiques pourraient ralentir la croissance de l’utilisation des matériaux. Qui plus est, les possibilités de réaliser des gains relativement facilement sont considérables. Ainsi, à l’heure actuelle, plus de 90 % de l’ensemble des matériaux sont gaspillés. Ce qui est plus inquiétant, c’est que le pourcentage de matériaux secondaires recyclés dans l’économie mondiale est passé de 9,1 % en 2018 à 7,2 % aujourd’hui.

Alors, où peut-on faire des progrès ? Nous pourrions tout simplement commencer par recycler davantage nos articles électroniques — moins de   40 % des déchets électroniques dans l’UE sont recyclés, par exemple. Le recyclage de ces déchets permet d’éviter que des matériaux toxiques ne soient déversés dans des décharges, protégeant ainsi la santé des êtres humains et de la faune. Récupérer les matériaux précieux des produits électroniques permet également d’économiser et de préserver les ressources naturelles. Par ailleurs, si l’électrification des transports devrait contribuer à réduire les émissions de gaz à effet de serre, il faut aussi que les batteries qui alimentent ces véhicules deviennent plus durables : le fait de recycler et de réutiliser une plus grande partie des matériaux utilisés pour fabriquer ces batteries contribuera à la réalisation de cet objectif. Les possibilités d’accroître le recyclage dans d’autres domaines sont énormes ; les déchets d’emballage en Europe, par exemple, ont atteint le chiffre record de 173 kg par habitant en 2017.

Se mobiliser et investir pour promouvoir l’économie circulaire

La plupart des effets négatifs de l’économie linéaire sont générés par un nombre relativement restreint d’entreprises. Une vingtaine d’entreprises pétrochimiques sont responsables de 55 % des déchets plastiques à usage unique dans le monde. Dès lors, en dialoguant avec ces entreprises, les détenteurs d’actifs (ainsi que les consommateurs et les autres parties prenantes) peuvent avoir un impact significatif.

Il existe en outre d’énormes opportunités d’investissement — potentiellement de l’ordre de 4 500 milliards de dollars — dans les « agents de la circularité », c’est-à-dire les entreprises qui faciliteront le passage à l’économie circulaire. Le développement de ce secteur créera également beaucoup d’emplois et stimulera la croissance économique. Le fait qu’actuellement environ la moitié des 100 plus grandes entreprises du monde visent déjà à garantir que les matériaux qu’elles utilisent restent constamment en usage donne un aperçu de l’ampleur du potentiel d’investissement.

Le rôle des investisseurs

Selon nous, les institutions financières et les sociétés de gestion ont un rôle important à jouer. Chez BNP Paribas Asset Management, nous avons élaboré une politique d’engagement actionnarial complète et nous investissons directement dans les thématiques liées à l’économie circulaire. Notre ETF thématique sur l’économie circulaire, qui pèse aujourd’hui 1 milliard d’euros, réplique l’indice ECPI Circular Economy Leaders, un panier de 50 actions de grandes entreprises sélectionnées principalement sur la base de critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG).

Cet indice est conçu pour inclure des entreprises qui opèrent dans des secteurs circulaires par nature ou qui sont les plus susceptibles de bénéficier de l’adoption de pratiques et de modèles économiques typiques de l’économie circulaire. Les principaux modèles économiques circulaires et les secteurs industriels que nous examinons en vue d’éventuelles opportunités d’investissement sont les suivants :

- Les sources d’approvisionnement circulaires : les entreprises qui fournissent de l’énergie renouvelable ou des matières premières biosourcées ou entièrement recyclables pour remplacer les matières premières à cycle de vie unique. Les secteurs industriels concernés sont la production d’énergie renouvelable et les équipements liés à celle-ci, les biocarburants et les piles à combustible.

- La récupération des ressources : les entreprises qui récupèrent des ressources utiles ou de l’énergie à partir de produits ou de sous-produits mis au rebut. Les secteurs industriels visés regroupent la gestion des déchets et les services et équipements environnementaux.

- La prolongation de la durée de vie des produits : les entreprises qui prolongent le cycle de vie des produits et des composants en les réparant, en les améliorant et en les revendant. Les secteurs industriels comprennent l’habillement et le textile, l’automobile, les produits chimiques et les matériaux de construction.

- Les plateformes de partage : les entreprises qui augmentent le taux d’utilisation des produits en rendant possible un usage, un accès et une propriété partagés. Les secteurs industriels concernés sont la technologie, le covoiturage et le partage de maisons.

- Les produits en tant que services : les entreprises qui offrent l’accès aux produits et en conservent la propriété. Les secteurs industriels comprennent le cloud computing et les services de location.

En conclusion, la transition vers une économie circulaire devrait permettre de réduire la pression sur les ressources naturelles, l’environnement et les chaînes d’approvisionnement, tout en stimulant la croissance économique et en créant des emplois. Qui plus est, cette transition est susceptible de créer une multitude d’opportunités pour les investisseurs.

En savoir plus

--

Avertissement
Veuillez noter que les articles peuvent contenir des termes techniques. Pour cette raison, ils peuvent ne pas convenir aux lecteurs qui n'ont pas d'expérience professionnelle en matière d'investissement. Les opinions exprimées ici sont celles de l’auteur à la date de la publication, sont fondées sur les informations disponibles et sont susceptibles de changer sans préavis. Les équipes de gestion de portefeuille peuvent avoir des opinions différentes et prendre des décisions d’investissement différentes pour différents clients. Le présent document ne constitue pas un conseil en investissement. La valeur des investissements et les revenus qu’ils génèrent peuvent évoluer à la baisse comme à la hausse, et les investisseurs sont susceptibles de ne pas récupérer leur investissement initial. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Les investissements sur les marchés émergents ou dans des secteurs spécialisés ou restreints sont susceptibles d'afficher une volatilité supérieure à la moyenne en raison d'un haut degré de concentration, d'incertitudes accrues résultant de la moindre quantité d'informations disponibles, de la moindre liquidité ou d'une plus grande sensibilité aux changements des conditions de marché (conditions sociales, politiques et économiques). Pour cette raison, les services de transactions de portefeuille, de liquidation et de conservation pour le compte de fonds investis sur les marchés émergents peuvent être plus risqués. Les actifs privés sont des opportunités d'investissement qui sont absentes des marchés publics, comme les bourses de valeurs mobilières. Ils permettent aux investisseurs de s’exposer de manière directe à des thèmes d'investissement à long terme et donnent accès à des secteurs ou industries spécialisés, comme les infrastructures, l'immobilier, le private equity et d'autres solutions alternatives difficilement accessibles via des moyens traditionnels. Les actifs privés doivent toutefois faire l’objet d'une approche rigoureuse en raison d'un niveau d'investissement minimum souvent élevé, d’une complexité accrue et d'une forte illiquidité.
Risque lié à la prise en compte de critères ESG : l'absence de définitions et de labels communs ou harmonisés concernant les critères ESG et de durabilité au niveau européen peut entraîner des approches différentes de la part des sociétés de gestion lors de la définition des objectifs ESG. Cela signifie également qu'il peut être difficile de comparer des stratégies intégrant des critères ESG et de durabilité dans la mesure où la sélection et les pondérations appliquées à certains investissements peuvent être basées sur des indicateurs qui peuvent partager le même nom mais ont des significations sous-jacentes différentes. Lors de l'évaluation d'un titre sur la base de critères ESG et de durabilité, la société de gestion peut également utiliser des sources de données fournies par des prestataires de recherche ESG externes. Compte tenu de la nature évolutive de l'ESG, ces sources de données peuvent pour le moment être incomplètes, inexactes ou indisponibles L'application de normes de conduite responsable des affaires ainsi que de critères ESG et de durabilité dans le processus d'investissement peut conduire à l'exclusion des titres de certains émetteurs. Par conséquent, la performance du FCP peut parfois être meilleure ou moins bonne que la performance d’OPC dont la stratégie est similaire.