23052019

Retour Vous êtes ici : Accueil Gestion d’actifs ETF obligataires : montants records en Europe

Error in function loadImage: The image could not be loaded.

Error in function redimToSize: The original image has not been loaded.

Error in function saveImage: There is no processed image to save.

Gestion d’actifs

ETF obligataires : montants records en Europe

Le marché des ETF obligataires prend son envol ! Deux fonds iShares (BlackRock) spécialisés ont ainsi dépassé la barre des 10 Md$ d’actif.

Du fait de l’engouement que suscite la quête de rendements, le premier trimestre 2019 a été marqué par un flux record d’achats d’ETF obligataires. Une tendance qui s’appuie sur la généralisation et la « démocratisation », selon les responsables d’iShares de BlackRock, de l’indexation de l’univers obligataire. Deux trackers obligataires du groupe américain ont même vu leurs actifs bondir au-delà de la barre des 10 Md$.

L’environnement économique et financier demeure propice aux obligations. Cela est essentiellement dû aux politiques encore accommodantes (dovish) des grandes banques centrales. Si les marchés obligataires paraissent rester « structurellement » bien orientés à long terme, les ETF de taux peuvent être considérés comme des outils de construction de portefeuilles. En tout cas, grâce à des forces « concordantes », le premier quart de l’année a été le théâtre du plus important flux trimestriel jamais connu vers les ETF obligataires, que ce soit en Europe ou dans le monde. Fin avril, l’ensemble des ETF obligataires représentait 982 Md$, dont 223 Md$ en Europe.

« Au premier trimestre 2019, soulignent les experts iShares de BlackRock, les investisseurs ont déboursé 20,9 Md$ pour acheter des ETF obligataire cotés dans la zone Europe Moyen-Orient (Middle-East) Afrique (EMEA), soit près de 60 % du total des flux vers les ETF cotés dans cette zone, toutes classes d’actifs confondues. A l’échelle mondiale, un montant trimestriel record de 62 Md$ a été enregistré. »

228 Md$ de transactions !

L’analyse de la collecte montre, non seulement, que les investisseurs ont accru la part des obligations dans leurs allocations, mais aussi que ceux-ci ont adopté des stratégies barbell, en associant des expositions « de qualité » à des choix « plus risqués » procurant des rendements plus attrayants, à l’image de la dette des marchés émergents. S’agissant du Vieux Continent, les rendements des obligations de référence à 10 ans étant proches de 0, les investisseurs continuent à rechercher des actifs à rendement positif, encouragés par le revirement de la politique monétaire de la Banque centrale européenne en mars dernier.

En avril, dix ans après son lancement, l’ETF iShares Core € Bond UCITS, qui offre une exposition aux obligations d’entreprises investment grade, a franchi la barre des 10 Md$ d’actif. Cet ETF est, en outre, celui qui est le plus négocié en Europe dans le domaine des trackers de taux, avec un volume d’échanges quotidiens de 170 M$.

De son côté, l’ETF iShares JPMorgan EM Local Govt Bond UCITS a également dépassé la barre des 10 Md€ d’actifs. La croissance de l’indexation sur les marchés émergents reflète les avantages de la diversification. Au premier trimestre, la gamme d’ETF obligataires iShares de BlackRock a affiché un volume de transactions de 228 Md$ !

« Les investisseurs recherchent des portefeuilles, plus intelligents, résilients et permettant une gestion optimale des risques, délais et coûts, conclut Arnaud Gihan, responsable de l’activité iShares de BlackRock pour la France. Au-delà de la sélection d’obligations, de plus en plus d’investisseurs se tournent vers la construction de portefeuilles globaux et se préparent à la prochaine phase du cycle du marché en plaçant les ETF au cœur de leurs portefeuilles. »

Michel Lemosof