10122018

Retour Vous êtes ici : Accueil Au sommaire des magazines Novembre 2015 - n°264

L'HUMEUR DE GEF

Fiançailles

Deux sociétés financières, dont la discrétion est légendaire, ont décidé de faire parler d’elles pour la première fois : Hottinguer, dernière banque protestante indépendante en France (avec 17 % aux mains de Bolloré), et Cholet Dupont, très ancienne charge d’agent de change détenue par la famille avec le Crédit Mutuel Nord Europe à hauteur de 30 %. Leurs présidents ont lancé de concert un nouveau fonds. Faut-il y voir un prétexte à une ère prénuptiale ? La question fait sourire Jean-Philippe Hottinguer, président du conseil de surveillance de la société tout comme Fabrice de Cholet, président de Cholet Dupont. Ils ne rejettent pas l’idée. « On verra comment les équipes vont fonctionner sur la gestion de ce fonds », confie Martine Brousmiche, responsable des activités de banque privée de la Banque Hottinguer. Ce qui est sûr c’est que du côté du management, l’heure est à l’entente cordiale ! Comme le reconnait Gary Hermann, directeur général adjoint de la Banque Hottinguer, « nous sommes deux établissements qui se connaissent depuis longtemps par leur naissance et leur famille ». Et d’ajouter : « Lorsque Fabrice de Cholet et Jean-Philippe Hottinguer se sont rencontrés cela a été un vrai coup de foudre ».

 

Conseiller ?

Olivier Fliche, directeur du contrôle des pratiques commerciales à l'ACPR, déplore « le caractère généralement insuffisant de l’information communiquée au client et une absence fréquente de formalisation des questionnaires clients ». Sa sentence à l’égard des réseaux dans les banques : « il y a un problème de formation des vendeurs sur les produits mais aussi en culture financière. Il est loin d’être acquis que les vendeurs comprennent ce qu’ils vendent ». Alors pourquoi laisser qualifier leur formation en BTS de « conseiller clientèle » et titiller les CGP sur leur indépendance ? ».

 

Fidélité

Frédéric Vincent, dans un livre qu’il vient de publier sur son expérience à la tête du groupe Nexans, déplore que les fonds d’investissement papillonnent d’une société à une autre, indifférents au projet d’entreprise de leur cible. « L’ironie, souligne-t-il, veut que l’un des plus importants gestionnaires de fonds au monde, américain, s’appelle Fidelity, alors qu’il n’a de « fidelity » que le nom. Avec un actionnaire aussi insaisissable, aucun pacte n’est possible. Aucune confiance non plus… » (« Rousseau PDG ? », édition Débats publics). 

 

Réformes

Dans sa newsletter du 2 septembre, Xavier Lépine, président du directoire de La Française, voit dans les migrations actuelles une chance pour secouer nos vieilles économies. Selon lui, « l’arrivée significative de migrants dans des économies déjà fortement malmenées dans leur modèle économique traditionnel (les économies peinent à créer 2 % d’inflation alors que les masses monétaires et les bilans des Banques Centrales ne cessent de grossir) va se traduire par une augmentation encore plus importante de cette nouvelle organisation sociale. Les réformes structurelles sont donc encore plus nécessaires faute de quoi les acteurs de l’économie traditionnelle vont souffrir encore plus... »

 

Un peu de mesure !  

 « La revue 60 millions de consommateurs a sorti un hors série intitulé « Épargnez malin ! ». Et propose un dossier dit « exclusif » avec ce titre « Comment plumer votre banquier ». « Évitez de gonfler les poches de votre banquier au détriment des vôtres ! », annonce aussi la revue.